21 janvier 2010

JdJ 20

C'est la saison des bières de Noël.

À la maison nous en avons deux en stock :

  • la très classique Gordon Xmas Ale brassée par John Martin sous licence de la brasserie d'Edinburgh : 8,8°
  • une beaucoup plus locale bien dans le goût belge tant du côté de l'humour* que de la teneur en alcool : 12°

* Que je vous explique : cette bière est brassée par la brasserie Dubuisson. Lorsque les Dubuisson ont cherché un nom pour leur bière spéciale (une blonde douce titrant également 12%vol), ils ont trouvé sympa de l'appeler par l'équivalent anglais de leur patronyme : "Bush" (pour pouvoir continuer à l'exporter aux US ils ont dû, voici quelques années, changer son nom à cause de George). Si bien que leur brassin spécial Xmas porte fièrement sur son étiquette la mention "Bush de Noël". Les Belges mourraient pour un gag.

C'est donc en dégustant un verre de ce sympathique breuvage (qui devrait enchanter Joe Krapov s'il arrivait à en dégoter) que je tapote sur mon clavier. Mais pour vous dire quoi ?

Que grâce au petit coup de pouce d'Agata, je me suis remis à la lecture et que je vous propose en conséquence l'extrait ad hoc du dernier bouquin que j'ai lu :

stoker001

Alors, un petit coup de Google ? Bonne chance ! Allez, je vous aide, doublement :  j'ai laissé le début de la quatrième phrase et le mot essentiel y est.

Edit du 24 janvier 2010

MAP a découvert le titre et l'auteur de l'ouvrage :

stoker002

Si vous voulez mon avis, l'arrière-petit-neveu (qui a puisé dans les notes de son célèbre parent) n'arrive pas à la cheville de son ancêtre, lequel avait pour lui l'attrait de la nouveauté.

C'est à  la fois une suite et un rappel (au cas où vous seriez la dernière personne à n'avoir pas lu Dracula) du roman de Bram Stoker. Faible. Si vous aimez le genre, je vous conseillerais plutôt :

drakula001

Ou celui-ci, un autre sujet mais bien plus prenant également :

frank001


Posté par Walrus à 13:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :


10 janvier 2010

JdJ 19

Bien sûr vous tombez des nues. Il est vrai que cela fait bien longtemps que nous n'avons plus pratiqué le Jeu de Janeczka.

C'est que depuis ce déménagement à l'occasion duquel j'ai dû faire cadeau de 1500 bouquins à OXFAM et en virer quelques dizaines d'autres aux vieux papiers, j'ai eu comme un passage à vide côté lectures. Et pas seulement côté lectures ajouterait Val qui trouve que ma production bloguesque manque cruellement de régularité.

Val n'a pas tort, je dois être atteint d'un mal sournois, je n'ai même pas participé à la dernière épreuve du défi du samedi. Pourtant, c'était facile, le vert est partout :

  • dans le fruit (ah non, ça, c'est le ver)
  • sur les chaussures (ah non, ça, c'est le vair)
  • sur la table (ah non, ça, c'est le verre)
  • dans les poèmes (ah non, ça, c'est le vers)

Il est même sur ma table de nuit, colorant les chiffres de mon réveil matin et illuminant mes insomnies.

Car j'ai des insomnies, moi qui prétends depuis toujours que même ma mauvaise conscience ne m'empêche pas de dormir ! Mais rassurez-vous (pour peu que vous ayez jamais manifesté le moindre début d'inquiétude) ce ne sont que des insomniettes, je n'ai jamais eu besoin de beaucoup de sommeil et je crois que l'âge aidant, il m'en faut de moins en moins, on se console comme on peut.

Mais revenons à nos moutons et à Janeczka en particulier (j'aurais dû dire brebis). Bien sûr je n'ai pas complètement arrêté de lire. Depuis le JdJ 18, j'ai lu quelques bouquins dont La Princesse des Glaces de Camilla Läckberg, le dernier opus de La Folle (Le Voyage d'Hiver), j'en passe et de meilleurs (ben oui, ces deux-là n'étaient pas transcendants).

Mais il y a malgré tout un petit je ne sais trop quoi qui a brisé cet appétit féroce de lecture qui était mien jusqu'il y a peu. Signe évident du malaise : j'ai entamé plusieurs ouvrages que j'ai abandonnés après quelques pages ou chapitres, selon le cas : du jamais vu !

Alors : déménagement et petits travaux concomitants, addiction aux blogs, excès divers de fin d'année ? Allez savoir !

Depuis notre déménagement j'ai reçu (la période est propice : anniversaire et fêtes), et même acheté, plusieurs ouvrages. Je me suis enfin décidé à en lire un : un cadeau d'Agata qui semble le trouver intéressant. Je l'ai donc lu, nous en reparlerons après le jeu annoncé.

Vous avez quelques jours pour vous pencher sur la question, voici l'extrait ad hoc :

cousu001

Edit du 13 janvier 2010

MAP avait donc trouvé la solution avec l'aide de Google, mais personne n'avait dit que c'était interdit. D'ailleurs, essayez donc la question d'Agata en son commentaire, même avec Google : bonne chance !


cousu002

Il s'agit de la première œuvre de l'auteur. C'est une espèce de conte relatant les (généralement pénibles) aventures d'une génération de femmes subissant une sorte d'initiation lors de la survenance de leurs premières règles.  À cette occasion, elles se transmettent une boite qu'elles ne peuvent ouvrir avant six mois et où mature un don dont elles ne savent rien avant l'ouverture.

C'est bien écrit et on se laisse facilement envoûter par l'atmosphère très spéciale. Personnellement, j'ai trouvé la fin un peu moins prenante.

J'aurais mauvaise grâce à trop critiquer l'ouvrage, c'est un livre qui prêche dans mon sens : les femmes sont les forces qui tiennent l'humanité debout.


Posté par Walrus à 12:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

31 mars 2009

JdJ 18

Vous allez comprendre mon silence radio (enfin, je le suppose).

jdj18

C'est limpide, maintenant, hein ? Vous avez tout compris, bien sûr !

Celle qui trouve cette fois-ci, je l'invite au restaurant, tiens ! Non ! Discrimination ou pas, j'emmène pas les mecs au resto. Évidemment, faudra qu'elle se tape (mais non, pas un vieux schnock) Bruxelles !

Comme je suis à peu près certain que personne ne trouvera, que je suis un peu radin et que de toute manière on avait dit qu'on ne jouait plus, je vous donne la solution :

html001

Ce bouquin est maudit. Déjà, quand sortant du métro je me suis présenté au pied de l'escalator menant à la FNAC, je suis tombé sur une pancarte signalant que le magasin était fermé le matin pour cause d'inventaire. À l'Inno je ne l'ai pas trouvé, leur rayon livres est lamentable, ils feraient mieux de le fermer. J'ai dû me rabattre sur Club.

Dans ma candeur naïve, j'imaginais trouver dans cette bible du langage HTML la solution au bête problème suivant : comment incorporer n'importe quelle police de caractères au contenu d'une page Web ? Mon fameux bouquin (703 pages) est muet sur la question.

C'est finalement sur le réseau lui-même que j'ai trouvé, après avoir consulté les archives de quelques groupes de discussion, il n'y a pas de solution !

En effet, à moins que les choses aient évolué récemment, il semblerait bien que les polices affichables dépendent de la seule bonne volonté de votre navigateur.

Bon, comme j'ai quand même acheté le bouquin, je vais continuer à le lire, mais force m'est de constater que, contrairement au bottin, ça manque un peu de personnages.


Posté par Walrus à 11:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

06 mars 2009

JdJ 17

Ça faisait une paie, pas vrai ?

C'est que j'ai eu du mal à digérer Pavese (faut dire que je prends un inhibiteur de la pompe à protons).

Ceci dit, venons-en au fait : je ne peux pas vous donner l'extrait convoité, non que, comme cela s'est déjà produit, le bouquin compte moins de 123 pages. Non, c'est plus vicieux : la page 123, bien présente, ne comporte que trois phrases. Je ne puis donc en déduire cinq et vous en montrer trois. Heureusement qu'on ne joue plus ou je ne pourrais vous donner qu'une indication : ce n'est pas de Proust.

Mais puisqu'on ne joue plus, voici :

jdj017

À la demande de Tilleul, j'ai prolongé le jeu au travers de la page 124 :

"Je serais bien incapable, dit-il, de dessiner un personnage que je méprise. C'est la raison pour laquelle je n'aurais jamais pu tremper ma plume dans l'encre de Chine pour exécuter la caricature d'un homme politique. Moi, je n'aspire qu'à la compassion et à l'intemporalité".

L'ennui, c'est que cela ne fait que déplacer le problème, nous sommes tombés sur un passage où l'auteur cite quelqu'un d'autre, en l'occurrence Sempé.

Qu'est-ce qu'on fait, maintenant, Tilleul ?

À la demande de Valérie (où nous arrêterons-nous ?) :

garcin002


Posté par Walrus à 12:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

27 décembre 2008

JdJ 16

Depuis ma dernière intervention dans cette catégorie, j'ai négligé de vous parler des livres que j'avais lu, de crainte de vous lasser, ou de sembler "faire mon intéressant" (à Bruxelles, on dit "faire de son Jan"). Mais lorsque j'ai déballé ce cadeau de Noël et que j'ai lu le titre de la collection, le lien avec un des derniers billets de Papistache m'a décidé à vous signaler au moins celui-là :

Imaginaire001

Et voici l'extrait traditionnel :

Après, il se verse un verre et se rince la bouche.
Alors, je vois Ernesto descendre par l'escalier. Je le croyais encore dans les collines : je me dispose à monter aussi, mais Ernesto me retient : "Attendez, il est en train de lui donner l'onction."

Pour une fois, je ne mentirai pas en parlant de "sombre histoire". Même si elle se passe sous le soleil écrasant de la campagne italienne.


Posté par Walrus à 17:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


12 octobre 2008

JdJ 15

Plus de jeu, comme annoncé lors du dernier JdJ, juste une énumération qui vous fera comprendre mon silence de ces derniers jours.


Il est trop plat, trop brut, il est sans finesse. Tâchons de penser à quelque chose de plus coloré. Hum... Je ne sais pas... peut-être quelque chose comme le Peuple de l'Esprit.

Auster001

Pas emballé, la bonne vieille mise en boucle temporelle, faudra que j'essaie un autre. Joe Krapov  me fait nettement plus d'effet !

- - - - -

Il avait été jeté à Paris et le monde des puissants devenu le sien n'était la conséquence d'aucun choix volontaire. Il en avait très vite éprouvé les limites. Les grandeurs d'établissement ne lui en remontraient guère; le crime y tissait ses toiles comme ailleurs.

Cadavre001

Celui-ci est bien dans la note des "Défis du samedi", encore plus emberlificoté que les précédents.

- - - - - -

Erika ouvrit un dossier et posa des papiers sur la table qu'elle poussa vers Harriet Vanger avec un chèque du montant exact annoncé par Harriet. Elle parcourut le contrat du regard. Sans un mot, elle prit un stylo sur la table et signa.

Mill_nium002

Dommage que le jeu soit terminé, Kloelle aurait reconnu le deuxième volume encore plus facilement que le premier ! Pas de commentaire, je viens de commencer. Donc, si vous ne me voyez plus pendant quelques jours...


Posté par Walrus à 09:41 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

17 septembre 2008

Jdj 14

C'est en préparant ce billet que je me suis aperçu que je n'avais toujours pas donné la solution du précédent !

Comme même Papistache trouve le jeu difficile, j'en fais une ultime édition. Ensuite je me contenterai d'appliquer la règle janeczkienne tout en vous donnant le titre du bouquin.

Dans la cas présent, la consigne de Janeczka est à nouveau inapplicable, je vous montre donc toute la page 123. Le problème ne me semble pas insurmontable pour une fois. Remarquez qu'à la sixième édition Kloelle avait quand-même découvert qu'il s'agissait de Millénium !

Livre014

Edit du 23 septembre

Bien, comme personne ne se manifeste plus, je donne la solution :

Couv014

Autant j'ai aimé des bouquins comme "L'exposition coloniale" et sa suite, autant j'ai de mal à accrocher à cette série un peu , comment dire, onirique ou symbolique comme "La grammaire est une chanson douce" etc... pourtant, je suis un rêveur né ! Mais n'empêche, je le préfère nous décrivant son affection pour Gand. Un fond de chauvinisme belgo-belge sans doute...


Posté par Walrus à 10:26 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

07 septembre 2008

Jdj 13

Me voilà parti dare-dare pour dénicher un roman répertorié sur la liste des bouquins à acquérir pour le cours de français de ma petite-fille (c'est pas un indice, ça ?).

Je le trouve chez le premier libraire consulté et le ramène à la maison vers onze heures trente.  À quatorze heures dix, j'ai terminé sa lecture. Ouais, c'est pas rapide, mais dans l'entre-temps, j'avais déjeuné...

Serez-vous plus rapide pour en trouver le titre ?

Bien sûr, la méthode Janeczka n'aide guère :

Livre0013

Edit du 8 septembre 2008

Allez, un indice : il s'agit d'une sombre histoire d'assassin, pourtant, personne ne meurt...

Edit du 17 septembre  2008

Zut, j'ai oublié de vous donner la réponse !

Couv013


Posté par Walrus à 18:42 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

03 septembre 2008

JdJ 12

livre012Désolé, c'est tout ce qu'il y a à la page 123 !


Edit du 7 septembre 2008

Bien sûr, suite à la dernière information, Kloelle a trouvé. C'est marrant comme un détail peut faire basculer les choses. C'est l'éternelle histoire du petit caillou qui empêche l'énooorme rocher de débouler dans la vallée.

N'empêche, si je ne l"avais pas lu avant, j'aurais été bien en peine d'identifier ce livre avec les mêmes indices. Mais je ne suis qu'un Belge bêta !

Couv012


Posté par Walrus à 22:14 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

01 septembre 2008

Pseudo JdJ 11

Avant chaque départ en vacances, mon épouse ne manque jamais de me demander si j'emporte un (ou des) livre(s). Ma réponse est invariablement "Non". Je m'emm... en vacances et comme je veux le faire à fond, je n'emporte pas de livre. Si l'ennui devient intolérable, comme elle en emporte, elle, je lis un des siens ! Attention, je vous ai entendu murmurer "faux-cul"!

Cette année, je n'emporte donc rien, mais en passant au magasin Leclerc de Lannion acheter des cadeaux pour les cousines de mes petites-filles, je tombe sur le dernier opus de "La Folle" :

couv0011

 

L'auteure nous y narre l'histoire d'un mec résolument quelconque (un moment, j'ai même cru que c'était moi) qui entre brutalement dans la peau d'un agent secret puis dans celle d'un mécène de l'art contemporain (ça, ça me ressemble beaucoup moins) et qui finit par vivre princièrement au dessus de ses moyens avec l'assentiment tacite autant qu'apitoyé des banques.

Si son style est, comme toujours, irréprochable et son imagination jamais prise au dépourvu, l'invraisemblance de la plupart des situations m'a un brin agacé. Tant qu'à me faire conter une histoire de banque et de banquier, je préfère largement celle du Papistache. Il a la même imagination débridée et, bien que saugrenue, la situation qu'il dépeint n'a rien d'impensable.

Je lance donc à Amélie Nothomb un avertissement solennel : en dépit de tout le plaisir qu'elle a pu me donner jadis (sur le plan purement intellectuel bien sûr, je ne connais hélas cette charmante enfant ni des lèvres ni des dents), si elle nous en pond un autre du même tonneau, je cesse de me précipiter sur ses éditions originales comme un vulgaire fana de J.K. Rowling et j'attends la parution en Poche !

Non, mais !


Posté par Walrus à 18:45 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :