24 mai 2017

Tri et récupération

 

Les Belges (à tort ou à raison) comptent parmi les champions du tri et de la récupération des ordures (mais non, je ne parle pas du Kazakgate !).

Ainsi dans ma bonne ville, nous avons cinq sortes de sacs différents : des jaunes pour les papiers et cartons, des bleus pour les contenants plastiques et métalliques, des verts pour les déchets de jardin, des oranges-bruns pour les déchets de cuisine, des blancs pour ce qui ne va pas dans les autres, sauf les récipients en verre pour lesquels il y a des "bulles" dans les rues.

Nous avons des parcs à conteneurs pour le tri des gros déchets : bois, ferraille, plastiques, matériel électrique et des points de collecte spécialisés pour les produits toxiques, les peintures, les solvants, les batteries, les huiles de fritures, les cartouches d'imprimantes, les lampes usagées. Les pharmaciens collectent les médicaments périmés ou inutilisés. Y a même de joyeux drilles qui viennent tailler les haies d'ifs pour récupérer la tonte dans le but d'en extraire un principe thérapeutique.

Mais je dois bien avouer qu'il reste encore malgré tout de la place pour de l'innovation, surtout depuis que, tenaillé par un besoin pressant, je suis entré dans les toilettes pour hommes de la mairie de Kaysersberg (vous savez bien, le patelin de l'homme de Lambaréné).

P1000533


Posté par Walrus à 11:47 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,


22 mai 2017

Et ça continue !

 

Colmar et La Rochelle, même combat !

Des patelins viscéralement antiautomobilistes constitués (presque) exclusiment de rues à sens unique quand elles ne sont pas piétonnes.

Même la môme qui se trouve dans mon GPS ne s'y retrouve pas, "Rejoignez la route en surbrillance !" qu'elle vous chantonne à l'oreille. L'ennui, c'est qu'elle ne vous dit pas comment. Et quand elle se décide à vous dire de tourner à droite au prochain carrefour, un panneau d'interdiction se dresse au coin de la rue sous vos yeux ébahis ! J'ai fini par lui couper le sifflet ! De toute façon, je vous dis pas comment elle prononce "Ingersheim".

C'est aussi en partie à cause de cette navigation erratique que j'avais décidé de hâter mon départ du magasin l'autre jour, magasin situé précisément route d'Ingersheim.

Après quelques détours concoctés par le GPS, nous débarquons à l'appartement avec nos courses que nous rangeons immédiatement et pour fêtre notre retour, j'empoigne deux verres à vin d'Alsace à gros pied vert torsadé et j'y vide une larme de crème de cassis Védrenne que je compte diluer à grand renfort de Sylvaner.

Stupeur ! Ce cassis a un reflet bleu que j'attribue à l'effet du vert du pied des verres. Mais malgré l'ajout du Sylvaner, la coloration bien qu'atténuée se maintient au bleu. Je goûte le pseudo blanc-cassis et examine enfin l'étiquette de la bouteille de cassis.

Liqueur de violette qu'il est écrit !

Je me suis gouré en l'empoignant dans le rayon !

C'est vraiment très spécial le Sylvaner-violette, mais je l'ai bu quand même.

Pour plus de sécurité, aujourd'hui j'ai acheté une vraie crème de cassis et un Pinot Gris que, par précaution, je boirai tel quel.

pokkal


Posté par Walrus à 21:58 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

05 mars 2017

Tout ça, c'est la faute à Raymond !

Ben oui, ça peut pas toujours tomber sur Marcel !

Avec son sujet du jour, le Raymond a fini par parasiter ma pensée : habituellement, je ne m'inquiète pas de savoir comment j'en suis arrivé à penser ce que je pense à un moment donné. Je jouais à ça quand j'était jeune : remonter le flux. Mais là, il m'a perturbé, c'est malin !

Chaque matin, tandis que je prépare le petit-déjeuner, je fredonne ou siffle (au moins intérieurement) une mélodie et je ne m'inquiète guère de savoir pourquoi c'est celle-là plutôt qu'une autre et, malgré Raymond, je ne vais pas commencer à m'en inquiéter aujourd'hui.

Mais grâce à ce perturbateur, ce matin il m'a semblé me remémorer que les mêmes mélodies reviennent régulièrement et parmi elles une vieille chanson intitulée "Montagnes d'Italie".

Comme la mémoire est trompeuse !  Dans mon souvenir, Patrice et Mario disaient "Tu me donnais le bras en sortant de la Mairie et moi j'étais heureux de t'aimer pour toute la vie" ce qui me laissait penser qu'ils étaient parmi les précurseurs du mariage pour tous. Grave erreur, comme vous l'aurez constaté à l'audition de ce chef d'œuvre.

Ce qui est certain, c'est qu'inmanquablement cette chanson me fait penser aux séjours que nous avons faits dans ce pays et à une question sous-jacente : quel est mon pays de vacances préféré ?

Ici, petite mise au point : je n'ai jamais nié le côté plaisant des vavances. Ce que je continue de nier c'est leur absolue nécessité.

Mais revenons à ma question. Par bonheur, les pays que nous avons fréquentés dans ce but sont peu nombreux, je les cite par ordre alphabétique pour ne pas déjà donner d'indication sur mes préférences : Allemagne, Belgique, France, Grand-duché de Luxembourg, Grande-Bretagne, Italie et Portugal. Oui, ça fait pas des masses, mais que voulez-vous, j'ai de drôles d'habitudes vacancières :

  • j'ai toujours refusé de m'embarquer dans des trucs organisés
  • j'aime pas les voyages en avion
  • quand j'ai (généralement par hasard) dégoté un endroit qui me plaît, j'ai tendance à y retourner. Je suis un vacancier casanier.

Vous êtes pressés de savoir ?

Ben...  j'hésite !

Ça ne vous étonne pas ?

Je le savais !


Posté par Walrus à 12:26 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : ,

26 février 2017

Comptages

 

Je sais qu'on va le savoir que nous sommes dans un hôtel de la Côte d'Opale, mais bon, c'est notre anniversaire de mariage et vous connaissez mon épouse !

Comment, non ?

Eh bien tant pis pour vous !

Nous étions venus au même endroit à la même époque il y a deux ans.

Rien n'a changé depuis, en dehors des prix et du fait que les chiens sont désormais interdits dans la salle des petits-déjeuners. Je suis donc obligé d'aller enfermer le nôtre dans la voiture pendant la durée de notre repas, ce qui me donne l'occasion de traverser le parking de l'hôtel, de reluquer les immatriculation des véhicules présents et de dresser le constat suivant :

stat

Les Keis sont les Néerlandais (ils se reconnaissent au débordement de leur plateau de petit-déjeuner)

Les British semblent se foutre du Brexit

Les Belges sont pour la plupart Flamands

Les Français brillent par leur absence

Ceux des politiciens locaux qui, dans leur splendide isolationnisme, comptent sur la consommation intérieure pour relever l'économie française, n'ont pas fini de se faire des cheveux !

 

P.S. : J'ai même dégoté un Angliche déterminé à échapper au Brexit, mais ça, c'est une autre histoire.

P1080777


Posté par Walrus à 10:16 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 octobre 2015

Walrus au rapport

... et au Tréport. Tréport où nous sommes retournés pour tester ce dessert aux Saint-Jacques qui semblait tant vous intriguer vous aussi.

N'avaient pas de Menetou-Salon, mais leur Sancerre rouge n'était pas mal non plus.

Pour le reste (je répète mon commentaire à l'Adrienne : croustillant de Saint-Jacques aux pommes caramélisées, sauce caramel au beurre salé) je dois bien avouer une légère déception : les Saint-Jacques parfaitement cuites n'apportaient rien au reste du dessert et le reste du dessert n'ajoutait rien aux Saint-Jacques. Bref, une association un peu hasardeuse comme nous l'avions tous pressenti, pour ne pas dire craint.

DSCN8638

Pour rester honnête, il me faut avouer qu'il y avait quand même un petit plus à la chose : pour avoir le plaisir de vous faire mon rapport sur ce dessert, il nous a fallu ajouter deux euros au prix du menu.

Merci les gars !


Posté par Walrus à 17:14 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags :


12 octobre 2015

Bête de Somme

Bon, va falloir s'y mettre, l'Adrienne m'a sommé de vous pondre un billet, vu que je me trouve en Baie de Somme. Si si, elle trouve ça très drôle.

Y en a qui pensent que cette Baie de Somme serait l'embouchure d'un fleuve, d'autres qu'il s'agirait d'une partie de la côte d'un département. Je n'ai pas pu trancher entre les deux théories, la brume m'empêchant de voir quoi que ce soit. Mais de toute façon, ils sont tous dans l'erreur, m'en vais vous dire, moi d'où provient cet étrange vocable !

J'ai parcouru tous les patelins de l'endroit, feux de brouillard allumés, au volant de la voiture de ma fille (qui a conservé la mienne pour ne pas interrompre pendant quinze jours l'apprentissage à la conduite automobile d'Emilie, apprentissage qu'elle veut faire sur une voiture à boîte manuelle).

DSCN8349

Toutes ces charmantes localités partagent une intéressante caractéristique : le stationnement y est payant sur toute l'étendue de leur territoire, même (pour ne pas dire surtout, au vu de la foule qui s'y presse alors) le dimanche.

Petit aperçu des tarifs horaires :

  • Cayeux-sur-Mer : 0,85 €
  • Le Hourdel : 1 €
  • Saint-Valéry sur Somme : 1,5 €
  • Le Crotoy : j'ai pas osé m'arrêter au vu de la progression des tarifs avec celle de mon déplacement vers le nord.

Si bien qu'au bout d'une journée d'exploration, votre périple vous aura coûté une belle somme rien qu'en stationnements, cqfd.


Posté par Walrus à 17:52 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

30 août 2013

Réminiscences

Parmi les images qu'une application G**gle fait défiler sur le côté droit de mon écran, celle-ci accroche mon regard et me fait souvenir que durant mon séjour en Albion (de l'est), ce panneau publicitaire m'avait évoqué Terraterre, célèbre pour sa pratique de zazen.

Aldeburgh-385

Je regrette encore ma paresse naturelle, laquelle m'a empêché d'aller voir les têtes que pouvaient bien faire en mai les membres de la fournée de sept heures du matin sur la grève de galets d'Aldeburgh balayée par le vent .

Quand à cette "South Lookout Tower" où avait lieu la séance de dessin succédant à celle de méditation, je vous la montre successivement vue du sud puis du nord, ce qui vous permettra de vous faire une idée du temps au vu du ciel local.

Aldeburgh-090Aldeburgh-088

Comme le laisse sous-entendre l'appellation "South Lookout Tower", vous pensez qu'il doit bien exister une "North Lookout Tower". Et vous avez raison, elle existe bien (vous pouvez l'admirer après l'avoir localisée sur MAPS), mais elle est légèrement différente : la construction est plus massive et ne possède pas ce sympathique escalier extérieur.

L'usage initial de ces tours reste un mystère pour moi, je balance entre des chaises de maître-nageur/surveillant de plage en style rupin des années vingt ou des tours de surveillance pour les quelques barques de pêcheurs locales. Je ne parviens pas à me décider.

Faudra que j'y retourne une septième... ou huitième fois ? Là non plus je ne sais pas me décider... mais ça va être plus difficile à retrouver !


Posté par Walrus à 09:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

18 juin 2013

Machine gun

When I was young and  Quand j'étais jeune et curieux, j'avais découvert dans un de ces cimetières entourant la plupart des églises du Suffolk une mitrailleuse (modéle allemand MG08 à refroisissement à eau) fixée sur un monument funéraire.  Avant d'y retourner, j'ai essayé de la localiser sur les vues satellite des divers "churchyards" des patelins à l'est de la A12 entre Leiston et Lowestoft. Peine perdue. Pas non plus de trace de la chose dans nos archives(?) photographiques ou diascopiques de l'époque.

mitrailleuse

Nous y sommes donc retourné voir et j'ai retrouvé sa trace, à Theberton. Mais elle a disparu (un ferrailleur noctambule ?), il ne reste que ses points d'ancrage et une plaque commémorative.

Theberton-075

Theberton, c'est étonnant. Une église qui semble faite de plusieurs "morceaux" juxtaposés, avec une étonnante tour dont la base est circulaire et le sommet octogonal.

                          Theberton-026    Theberton-082    Theberton-024

 Où l'ancien côtoie le moderne :

Theberton-042  Theberton-040

Theberton-044  Theberton-043

Où l'on n'apprend rien de neuf sur le sexe des anges en dehors du fait qu'ils ont en ces lieux un fort penchant pour l'usage de la permanente :

Theberton-029    Theberton-061    Theberton-089

Theberton-094    Theberton-091    Theberton-093

Où l'on peut admirer à loisir le travail d'ornementation délicat obtenu à partir de brisures de silex :

Theberton-016

Où, sur un séjour de deux semaines, j'ai rencontré mon unique femme voilée :

Theberton-031


Posté par Walrus à 12:50 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 juin 2013

Amazing Grace

Non, je n'ai pas choisi ce titre parce qu'un cornemuseux l'interprétait l'autre samedi après-midi avec plus ou moins de brio sur le trottoir devant le pub local — non, je n'ai pas de photo, on ne sait jamais avec ces énergumènes à tuyaux... — , mais parce que j'ai assisté à un événement étrange...

Mon épouse et moi-même venions de quitter la promenade sinuant sur le sommet de la digue de la Alde et rentrions à travers les polders vers Aldeburgh lorsqu'un bruit inhabituel a attiré notre attention : un moteur d'avion à hélice !

Aldeburgh-117Aldeburgh-121

 

Mais attention, pas le lancinant toussotement moustiquoïde du petit avion de tourisme ni le grave vrombissement du lourd Hercules, non : l'inimitable rugissement d'un Rolls-Royce Merlin se rapprochant à vive allure.

Je n'ai pas eu le temps de prendre mon appareil photo et encore moins de le régler que l'avion est apparu, fonçant à toute allure vers la côte. Impossible de ne pas reconnaître sa silouhette mytique : un Spitfire !

Il est allé faire un virage serré au dessus de la mer puis a foncé à très basse altitude vers la petite bourgade. Arrivé au dessus de celle-ci, il a effectué une sorte de courte chandelle, a viré sur l'aile et est reparti vers l'horizon.

Rentré au nid (notre appartement s'appelait "The Nest", vous l'ai-je déjà dit ?) j'ai cherché à savoir d'où avait bien pu surgir cette antiquité avion et, avec un peu d'astuce et de patience, j'ai trouvé : The Grace Spitfire !  et l'étonnante histoire de son pilote :  Carolyn Grace.

Carolyn Grace

Ah, les femmes, elles m'épateront toujours !


Posté par Walrus à 11:39 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 mai 2013

Bonne pêche ?

Sur la grève, quelques baraques de pêcheurs. Ces derniers y vendent (ou tentent de le faire) le produit de leur pêche aux villégiateurs. J'ai porté mon choix sur celui où, le dimanche, deux ravissantes petites blondes (la plus âgée ne devait pas dépasser six ans) agitaient des ballons bleus pour faire la pub de l'échope de leur père.

Les bateaux de pêche (à peine des barques en fait) sont tirés sur les galets dans l'attente de la prochaine sortie.

Bateau

Sans doute pris par l'ambiance, j'ai tenté ma chance. Et qu'ai-je capturé ?

prise

Je me demande s'il a la taille légale...


Posté par Walrus à 09:44 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , ,