23 janvier 2019

Flash

 

Au cours d'une de mes périodes d'éveil de la nuit dernière, j'ai eu un flash.

Non, je ne me prends pas pour Plastic Bertrand et non, je ne suis pas insomniaque, mais si je m'endors dès que je pose ma tête sur l'oreiller, il m'arrive de me réveiller pendant la nuit, particulièrement si celle-ci suit la soirée d'anniversaire de ma fille.

Donc, allez savoir pourquoi, au cours d'une de ces périodes d'éveil, je me suis brutalement souvenu qu'au cours de mon enfance j'ai été le possesseur d'un projecteur cinéma 16mm. Il s'agissait bien sûr d'un appareil simpliste à entraînement manuel et sans lecteur de son.

Qu'y a-t-il de plus con que de disposer d'un projecteur sans avoir le pendant enregistreur : une caméra aux mêmes normes ? Mon fils, au temps de son année à l'INRACI (avant qu'il ne s'en fasse jeter pour incompatibilité de scénario avec le corps enseignant) avait au moins une Beaulieu, lui.

J'en étais donc réduit à projeter des bouts de films divers achetés dans des magasins spécialisés. Processus très vite lassant bien sûr.

Dans le (modeste) tas, il y avait une bobine d'actualités où l'on voyait Jacqueline Auriol recevoir un prix (indéterminé vu l'absence de son) sans doute à l'occasion d'un de ses records de vitesse sur avion à réaction. Sans doute son premier si je m'en réfère à l'âge que je devais avoir à l'époque où j'ai reçu ce jouet.

C'est pas encore ça qui va me rajeunir... Par contre, c'est cela qui explique sans doute qu'au grand étonnement de mes collègues, une caméra est bien le seul gadget dans le vent que je n'ai jamais possédé.

 

P.S.

Au moment où j'ai voulu mettre ce chef d'œuvre en ligne, Canalblog est resté planté une bonne demi-heure, faut pas demander comme c'est mauvais !


Posté par Walrus à 18:03 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


01 mai 2015

Ah, les stars !

En consultant l'autre jour le blog de Célestine, je constate dans sa liste de blogamis que ça faisait trois semaines que je n'avais rien pondu sur le mien.

Depuis, j'ai commis en vitesse une "brève de comptoir", mais je sens que ça ne va pas le faire...

Tandis que je me demande de quoi je vais bien pouvoir vous entretenir, on interviewe à la radio une de nos actries nationales : Marie Gilain.

Par association d'idées, il me revient en mémoire que voici quelques jours, sur les mêmes ondes, le critique cinéma patenté de la RTBF (Hugues Dayez) se plaignait amèrement de la composition extrêmement commerciale du jury du prochain festival de Cannes et, tout particulièrement, de la présence en son sein (si j'ose dire) de Sophie Marceau.

J'ignore ce qu'elle lui a fait (ou pas) cette gamine, mais déjà la semaine précédente, parlant d'une actrice nordique qui l'avait ébloui tant par sa beauté que par son intelligence, il disait "Un peu comme Sophie Marceau qui aurait un cerveau".

Je trouve souvent ce gaillard un brin sévère dans ses jugements et un rien imbu de sa connaissance profonde du monde de la toile (mais non, pas le web !), mais je dois reconnaître qu'il a le sens de la formule.

Jaloux je suis !

Marceau  Gilain


 

Posté par Walrus à 09:54 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 juillet 2008

Le coup du lapin

Après la mort, à plus de vingt ans, de Spoutnik (le dernière petite chatte ayant vécu chez ma fille), une de mes petites-filles voulait avoir un chien. Raison pour laquelle son père lui acheta un couple de lapins-nains. Cela se passait en mai de l'an passé.

Mon épouse, devant l'attendrissement du père (insensible à la déception de sa fille), fait remarquer qu'un couple de lapins risque de se transformer rapidement en bataillon de lagomorphes.

V_nusCe qui, soit dit en passant, me rappelle subitement ce film "Deux nigauds chez Vénus" avec Budd Abbott et Lou Costelo. Dans ce film, un des héros devient le prince consort de la reine de l'endroit (en l'occurrence la planète Mars), planète peuplée exclusivement de pin-up. Il demande discrètement si son rang ne lui donnerait pas droit à une garde du corps. Réponse de la reine : "Non, très cher, avec vous une garde du corps deviendrait vite un corps de garde !"

Revenons à nos lapins ! Questionné sur les raisons du choix d'un couple, l'intéressé déclare que c'est que pour les filles puissent voir "une fois" (il est pourtant breton, pas bruxellois) comment ça se passe. Pendant deux mois, il ne s'est rien passé du tout, question de maturité sexuelle, j'imagine.

Ça ne fait rien, après, ils se sont rattrapés ! Je peux vous garantir que les lapins n'ont pas usurpé leur réputation ! À raison de portées de six, environ toutes les six semaines, ça fait du peuple à grandes oreilles !

L'animalerie reprend les jeunes une fois qu'ils sont sevrés et peuvent se nourrir seuls. Ce qui arrange bien l'éleveur de lapins, mais chagrine à chaque fois les enfants qui doivent se séparer des bestioles au moment où celles-ci sont les plus sympathiques.

Au démarrage, le couple fut installé dans une construction en bois avec une première chambre-mangeoire et une seconde isolée, garnie de paille et accessible via un tube-galerie. Cette construction étant elle-même déposée dans un enclos grillagé et protégé par un toit en auvent.

Dès après la deuxième mise bas, les lapins se sont mis à creuser le sol. Mon épouse s'en inquiétant, notre beau-fils la rassura, il avait enterré un film d'étanchéité.

Dans le but de calmer la prolifération, l'éleveur décida de séparer le mâle. Il lui fabriqua sa propre maison qu'il sépara de l'initiale par un grillage. Deux jours plus tard, le mâle copulait joyeusement, il avait creusé un tunnel sous la grille.

Au bout d'un an, on a enfin fait castrer le mâle, et dès le lendemain du départ des filles pour la Bretagne, nous avons vu surgir du terrier les six membres de ce que nous espérons être la dernière portée.

Avant son départ, notre beau-fils a déposé sur le sol un plancher de chantier (il travaille dans le bâtiment) pour éviter que nous fassions s'effondrer les galeries. Depuis, chaque matin, ce plancher est couvert de quatre centimètres de terre que j'enlève à la pelle pour déterrer l'abreuvoir.

Je me demande jusqu'où ils vont creuser... si vous lisez dans le journal qu'un volcan a surgi en pleine agglomération bruxelloise, vous saurez la faute à qui !

Lapins3


Posté par Walrus à 10:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,