18 octobre 2014

Pour me mettre dans l'ambiance...

... comme nous sommes conviés par des copains à un spaghetti socio-politique, je vais vous faire une brève de comptoir.

 

J'ai passé mon adolescence avec comme leitmotiv :

"La vie, sans doute, c'est autre chose..."

 

 

À l'aube de ma soixante-quatorzième année, je crois tenir enfin la réponse :

NON !

Posté par Walrus à 11:39 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :


04 septembre 2014

Confirmations

Pile dans les délais impartis autant qu'habituels, le dernier opus de notre geisha nationale est paru. Je l'ai acheté chez Makro en même temps que les gésiers de poulet pour le chien. Pure coïncidence, inutile d'y chercher la moindre allusion subtile, ça ne me ressemblerait pas. Je l'ai acheté et bien sûr je l'ai lu. Comme je ne devais pas attendre la camionnette de Touring Secours cette année non plus, j'ai profité de la séance de kiné de mon épouse.

amélie001

On peut dire ce que l'on veut de cette charmante enfant, je ne peux pas m'empêcher de l'aimer. Je suis comme ça, j'aime quand on me fait rire ou même simplement sourire, et elle y réussit toujours.

Je ne vais pas vous raconter l'histoire (et ne vous exclamez pas "Quelle histoire ?"), si ça vous passionne, vous n'avez qu'à la lire, ça vous prendra un peu moins de deux heures. Comment ça, le kiné de mon épouse prend son temps ? Y a des mecs qui ont encore de la conscience professionnelle, non mais !

Ce numéro-ci m'a particulièrement enchanté parce qu'il m'a amené quelques confirmations écrites de choses que je supputais déjà !

J'ai raison de la traiter de geisha nationale puisque l'on peut lire page 60 "J'enneigeai mon teint, charbonnai mes yeux et carminai mes lèvres". Si ça ne vous évoque pas une de ces créatures raffinées, qu'est-ce qu'il vous faut ? Et de un.

Depuis que je la désigne (gentiment) sous le vocable "La Folle", je ne fais que partager sa propre opinion, ainsi, page 150 (si si, il y a plus de 150 pages) :
- C'est ta folie, j'ai dit : ta manière d'être folle. Des gens fous, il y en a partout. Des fous comme toi, ça n'existe pas. Personne ne sait en quoi consiste ta folie. Pas même toi.
- C'est exact.

Et de deux !

Pour la troisième, j'ai bu du petit lait : je savais que nous devions avoir, en plus de la folie, quelques petites choses en commun. Je n'ai pas été déçu. Voyez sa méthode de visite d'un musée (page 77) :

"Ce que je ne supporte pas, dans les musées, est le train de sénateur que les gens se croient obligés d'adopter en leur sein. Pour ma part, je m'y déplace au pas de gymnastique, embrassant du regard de vastes perspectives : qu'il s'agisse d'archéologie ou de peinture impressionniste, j'ai observé les avantages de cette méthode. Le premier est d'éviter l'atroce effet Guide Bleu : "Admirez la bonhommie du Cheik el-Beled : ne dirait-on pas qu'on l'a croisé hier au marché ?" ou : "Un litige oppose la Grèce et le Royaume-Uni au sujet de la frise du Parthénon." Le deuxième est concomitant du premier : il rend impossibles les considérations de sortie de musée. Les Bouvard et Pécuchet modernes en ont la chique coupée. Le troisième avantage, et non le moindre en ce qui me concerne, est qu'il empêche le surgissement du terrible mal de dos muséal."

Bon, côté dernier avantage, moi ce serait plutôt l'échauffement de la voûte plantaire, mais à cela près, c'est moi tout craché.

Vous savez quoi ? J'suis heureux !

Qui qu'a dit "Un imbécile heureux" ?


Posté par Walrus à 21:56 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 août 2014

Encore le tram

La pile de ma montre est morte.

C'est une Omega, en or (pas la pile, la montre).

Des goûts de luxe, moi ? Mais non ! Je l'ai reçue de mon employeur à l'occasion de mes quarante ans de service et je ne peux pas la revendre, elle a mon nom et les dates de mes exploits gravés au cul.

Une Omega, c'est comme une banque suisse, faut un sésame pour y entrer, donc, quand tu veux changer la pile, tu dois te dégoter un bijoutier nanti du passe d'ouverture.

Je prends donc le 3 pour me rendre en ville. Quand je le quitte à la station Rogier, je me retrouve derrière une jeune beauté maghrébine. Je l'avais déjà remarquée debout sur la plate-forme du tram : visage aux traits réguliers mais à l'expression sévère, taille fine soulignée par la ceinture étroitement serrée de sa veste claire, longues jambes moulées dans un pantalon noir, bottes montant jusque sous les genoux.

Inspiré par les leçons de l'Adrienne, je décide de la suivre (remarquez qu'à Rogier, quoique vous décidiez, vous partagez sur une assez longue distance votre itinéraire avec la moitié des voyageurs descendus de votre tram).

Mal m'en a pris. Pas qu'elle fût surveillée par son frère, non : à la traîne de son pas énergique et régulier au travers du hall, au long des couloirs, tapis et escaliers roulants, je vous assure que j'ai souffert ! Je n'ai été sauvé que par le surgissement sur notre gauche de l'officine de la bijouterie, but de mon périple.

Merci Adrienne ! C'était un peu comme quand le chien me promène, sauf que lui, s'il me fatigue également, il a une laisse et ne risque donc pas de me semer.

Pour ma prochaine filature, en lieu et place d'une toute en jambes, je choisis une grassouillette courte sur pattes et de préférence surchargée de paquets.

Et avant, je reprends l'entraînement... intensif !

 

filature

 


Posté par Walrus à 19:31 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :

04 août 2014

Radio Star

La radio, me serait une source intarissable de billets si je notais toutes les idées qui me passent par la tête tandis que je l'écoute en conduisant. Mais voilà, si j'ai sur moi de quoi noter, faudrait que je m'arrête pour me saisir du calepin coincé dans la poche supérieure droite de ma saharienne, du porte-mine dont l'agrafe pince le rebord de la poche supérieure gauche, mais dont la pointe est malencontreusement emberlificotée dans les restes de la pochette de mon abonnement de la STIB, que j'ouvre le dit carnet fermé par un élastique récalcitrant et que je me souvienne après tout ce temps de la connerie qu'avait débitée le présentateur radio. Donc, je ne note pas et j'oublie, raison pour laquelle mon blog reste complètement sous-alimenté.

Il y en a pourtant une qui me revient, même si elle date de samedi et si depuis, bien d'autres idées m'ont traversé l'esprit et se sont perdues au fil du temps, vous savez : un clou chasse l'autre et toutes ces sortes de choses.

Un spécialiste pipoles/variétés me bassine les oreilles de la relation palpitante entre France Gall et Michel Berger.

Quoi, c'est pas frais ? Et 14-18, c'est nouveau peut-être ? Non mais ! De toute façon, c'est l'été, y a que des rediffusions, alors...

Bon, revenons à nos moutons : on s'en serait douté qu'ils auraient une relation, le Pays de Galles est rempli de bergers, je le sais, j'ai visité et me suis perdu dans les moors. Ce qui m'a fait tiquer dans tout ça, c'est quand le narrateur a déclaré qu'une thermodynamique s'est installée entre eux.

Thermodynamique, j'te jure ! Sait-il seulement ce que c'est ? D'habitude, ils parlent d'osmose sans déjà trop connaître les bases du phénomène, mais thermodynamique, putain ! (comme on dit dans la région de notre Célestine)

J'en ai fait de la thermodynamique et j'en frémis encore après plus de cinquante ans. Pour moi, c'est énergie et enthalpie, libres ou pas, entropie et irréversibilité, sources froides et chaudes (ouais, comme dans les stations thermales), compressions adiabatiques, machines thermiques et tout le toutim.

Néanmoins, pris d'un doute, je me suis précipité sur le TLFi pour en obtenir la définition en français : "Branche de la physique qui traite des échanges entre les diverses formes d'énergie, des états et des propriétés de la matière, des transformations d'état et des phénomènes de transport".

Ah, des phénomènes de transport quand même !

Ben rut alors, mettons que j'ai rien dit ! (en anglais shakespearien : much ado about nothing)

galles


Posté par Walrus à 12:08 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

10 juillet 2014

Jules Amédée

Dans ma voiture, j'écoute d'une oreille distraite l'interview d'un certain Vincent Engel, écrivain de son état, un nom qui ne me dit rien.

Ce n'est que lorsqu'on cite le titre de son avant-dernier ouvrage "Le Mariage de Dominique Hardenne" que je me suis rappelé avoir lu ce roman (et ne pas l'avoir trouvé très convaincant).

Faut dire que le cheval de bataille de l'auteur semble être la nouvelle, un genre qu'il regrette, presqu'autant que la mainmise du monde politique sur celui de la culture, qu'il regrette, dis-je, de voir négligé par les littérateurs francophones actuels. Un genre dont il juge Jules Amédée Barbey d'Aurevilly être un des maîtres incontestés, même s'il est d'un autre temps.

C'est en l'honneur de ce Jules qui eût d'après lui bien mérité le César de la nouvelle, qu'il aurait intitulé son dernier opus "Les Diaboliques".

Je n'ai pas su de quoi traitait ce nouvel ouvrage ni même s'il prenait lui aussi la forme de nouvelles, car étant parvenu à destination, j'ai quitté mon véhicule.

N'empêche que ce nom de Barbey d'Aurevilly lequel, vous en conviendrez, sonne quand même autrement que Proust, lui au moins je le connaissais, même si je n'avais, au contraire de celle d'Engel, jamais rien lu de son œuvre

À tout manquement son remède : j'ai téléchargé sur ma liseuse une version pdf gratuite des Diaboliques. Dans la table des matières, j'ai sélectionné la nouvelle intitulée "Le Bonheur dans le Crime" (bêtement parce qu'un autre auteur belge, Jacqueline Harpman pour ne pas la citer, en avait elle aussi emprunté le titre pour en faire celui d'un de ses romans) et j'ai commencé à la lire dans mon taxi en attendant ma cliente qui se faisait coiffer dans un salon de Tervuren.

Me croirez-vous ? Jules et Marcel, ils nous parlent du même monde : celui d'une aristocratie sur le déclin et d'une grande bourgeoisie en plein essor. Sauf que Jules, malgré son style un peu daté, je comprends ce qu'il raconte...

Jules


Posté par Walrus à 18:55 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , ,


06 juillet 2014

Foutebol, ras le bol !

 

supportrice-des-diables

 

Bon, maintenant que nous avons brillamment démontré que nous sommes aussi nuls que les Français, on va peut-être pouvoir passer à autre chose. La vraie vie par exemple...

Inutile de dire que je n'ai pas regardé le moindre match.


Posté par Walrus à 08:36 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,

23 juin 2014

C'est la saison

Comment  "Quelle saison ?"

Pas l'été bien sûr, non, la saison des résultats scolaires et des bals de promotion.

L'aînée des mes petites-filles a terminé ses études secondaires. Je passerai sur ma perplexité face à sa modeste connaissance de cette deuxième langue qu'elle étudie depuis huit ans, mon propos ce soir n'est pas de m'inquiéter des performances de l'enseignement ni de ses méthodes d'évaluation.

Elle a donc assisté hier à son premier bal : celui des Rhétos de son établissement.

Je n'y étais bien sûr pas, je n'ai vu que quelques photos postées sur sa page FB et c'est là que m'a chatouillé et même grattouillé, une petite question.

Le brave gaillard qui pensait accompagner au bal ce garçon manqué qu'est ma petite-fille, elle qui plonge en tyrolienne du sommet de l'atomium (102 m), évolue sur des trapèzes et des rubans, qu'il n'a vue que dans son uniforme un brin guindé de collégienne ou en tenue sportive tandis qu'elle le battait ainsi que la plupart de ses congénères à la course ou au badminton, ou même corsetée dans sa tenue d'équitation ou encore déguisée en combattante de Manga, ce gaillard dis-je a dû être un brin surpris en la voyant débarquer :

 

Emi

Moi-même je n'en suis pas tout à fait remis.


Posté par Walrus à 20:51 - - Commentaires [28] - Permalien [#]

11 juin 2014

Walrus de zwijger

Ce matin, comme presque chaque jour sans pluie, la chienne m'a emmené en promenade au parc des trois fontaines.

Alors que nous quittons le banc qui couronne le versant herbeux de la vallée de la Senne, une silhouette féminine vient à notre rencontre.

Longue robe noire frôlant le sol au gré de sa démarche ondulante, longue étole blanche savamment ramassée en turban sur le sommet de la tête.

Arrivée presque à notre hauteur, elle se penche d'un geste élégant pour tendre en souriant la main vers le museau de la chienne laquelle, étonnamment, ne se met pas à aboyer comme une forcenée, ce qu'elle ne manque jamais de faire en pareille circonstance.

La chienne s'écarte, la dame se redresse et me salue. "Buon giorno !" lance-t-elle gaiement.

Je m'attendais à tout en cet endroit : du flamand, du français, de l'arabe, mais de l'italien... j'étais tellement surpris que je n'ai pas pensé à glisser les deux mots que je connais dans cette langue.

Dommage, ils auraient été tout à fait appropriés : bella donna !

 

turban


Posté par Walrus à 12:13 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,

06 juin 2014

Jamais tranquille !

Caro s'inquiétait de savoir si j'avais abouti dans ma quête. Je l'ai déjà rassurée, mais j'avais promis de lui donner des détails, les voici.

Comme annoncé, je suis allé vérifier à Wenhaston si mes infos étaient correctes. J'ai eu un dernier doute en arrivant devant l'église, car dans mes souvenirs, je la voyais plus isolée et même installée sur une sorte de tertre, mais rien de tout cela, une église du Suffolk tout ce qu'il y a de plus classique, immanquablement entourée de son cimetière, endroit plein de sérénité.

Wenhaston01Wenhaston02Wenhaston03Wenhaston04

Tout ça c'est bien me direz-vous, mais cette peinture à la fin ?

Eh bien, elle y était ! Vous ne pouvez pas la manquer, elle vous fait face dès que vous pénétrez dans le bâtiment. On constate directement qu'elle a été déplacée puisque sa découpe étrange atteste de son encastrement initial sous une voûte.

Wenhaston05

Naïve à souhait et très révélatrice de l'esprit du temps de sa création.

Ce jugement dernier vous rassure immédiatement sur la nature de l'au-delà : l'au-delà, c'est exactement comme l'en-deçà !

 

Sous le regard indifférent de Dieu,

Wenhaston06

Après un simulacre de justice,

Wenhaston07

La foule des malheureux pécheurs est précipitée dans la gueule (bonnasse) de l'enfer

Wenhaston08

Tandis que les puissants de ce monde sont reçus à bras ouverts en paradis où ils ont même droit à leurs signes extérieurs de richesse.

Wenhaston09

Mais ce n'est pas la fin !

Comme pour la visite des églises mon épouse et moi devons nous distribuer les rôles, tandis qu'elle visitait le lieu à son tour, je promenais le chien dans le cimetière.

Alors que j'aboie à la bestiole des instructions de comportement, un Anglais m'aborde, l'insulte à le bouche :

- Vous êtes Français ?

- Belge !

- Oh, comme c'est intéressant ! Vous avez une bonne équipe de foot !

- Pour l'instant...

- Ce sont quand même de très grands joueurs...

- Dommage qu'ils ne jouent pas chez nous

- Oui, vu sous cet angle, bien sûr !

Et nous nous quittons. C'est quand même quelque chose que cette maudite coupe du monde de foot me poursuive jusqu'au fin fond de l'Angleterre.

Remarquez que c'était de circonstance en sortant de la contemplation de cette représentation du jugement dernier : l'équipe belge s'appelle  "Les Diables Rouges".

Et, finalement, elle n'a pas que des mauvais côtés cette manie de supporter l'équipe nationale :

rouges

Pour en finir avec ce chapitre footballistique, les présages ne sont pas terribles pour cette équipe belge : leur dernier match amical d'entraînement contre la Tunisie a dû être interrompu pour cause de  grêle. Bon, il y avait de quoi, c'était au Heyzel, à deux pas de chez moi, je vous montre la taille des grêlons concernés :

DSCN5281

Y a de quoi faire frémir un viticulteur, non ?


Posté par Walrus à 23:34 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 juin 2014

IL est de retour

IL était déjà passé par ici voici quelques mois et avait semé le même bordel qu'aujourd'hui dans la cité : ban et arrière-ban mobilisés, quartiers bouclés, égoûts sondés, employés sequestrés, vols retardés, bref, Le Bordel avec un grand B et un grand L.

Pour les autres, et Dieu sait s'il en passe, on se contente d'une escorte judicieusement proportionnée à l'importance du personnage. Mais pour LUI,  on fout Le Bordel.

C'est vous dire s'IL est important. Même pour le Pape on n'en avait pas fait autant (et ça avait déjà fait jaser).

Bon, c'est vrai que c'est pas n'importe qui, paraîtrait qu'IL va incessamment fermer Guantánamo !

Au vu de ce luxe de précautions, IL semble ignorer une tradition bien établie dans son pays : on n'y accède à la gloire ultime qu'en mourant assassiné.

Cherchez l'erreur...


Posté par Walrus à 12:05 - - Commentaires [17] - Permalien [#]