21 décembre 2015

Et voilà !

Hier, j'étais en mission chez Filigranes pour ma petite-fille. Je devais lui ramener un des trois bouquins de sa liste. J'ai ramené les trois.

Je dois bien avouer qu'avant de prendre l'un d'eux dans le rayon fort judicieusement intitulé "Eau de rose", celui des Musso et autre Lévy,  j'avais enfoncé ma casquette jusqu'au ras des yeux et relevé le col de mon blouson, même que le vigile de l'entrée, niveau d'alerte trois oblige, me regardait d'un air suspicieux.

barodico003

Comme j'y étais, j'ai aussi pris un bouquin pour moi. Mais non, pas dans le rayon à l'eau de rose! Pendant que j'étais chez Filigranes, je veux dire !

C'est devenu rare depuis que j'ai une liseuse sur laquelle je télécharge des bouquins en libre accès (pour l'instant par exemple, je lis Apollinaire. L'est marrant ce mec ! Li seûl Francès ki djôze lu Wallon d'Mâmdy).

Bon, donc, j'ai acheté un bouquin :

barodico001

La première entrée de ce sympathique dico est :

barodico002

Coïncidence ? La veille, notre geisha nationale, Chapi-Chapeaux Nothomb, l'égérie d'Elvis (Pompilio) avait fait son entrée officielle parmi cette honorable assemblée. Elle y occupe le fauteuil de Georges Simenon auquel avait succédé Simon Leys. Elle y rejoint Eric-Emmanuel Schmitt et Françoise Mallet-Joris. Marguerite Yourcenar en avait elle aussi fait partie dix ans avant sa réception à l'Académie française.

Malheureusement, dans ce cénacle, le port de l'habit et de l'épée n'est pas de mise (si j'ose dire), ça nous aurait valu quelques moments joyeux.


Posté par Walrus à 14:12 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : ,


17 décembre 2015

Le bon vieux temps si chouette...

Ah, vous aussi, comme Juliette, vous regrettez le temps des cacahuètes ? Ou vous êtes allergiques, c'est très mode aujourd'hui !

Mais je m'égare... je voulais juste vous parler de la loi des séries. Je viens encore d'en être la victime (consentante, qu'on s'entende...) : dimanche dernier mon fils avait organisé un petit "brunch" à l'occasion du cinquantième anniversaire d'Agata.

Pour la circonstance, il avait réquisitionné le bistro d'un de ses copains (je vous ai déjà parlé des copains de mon fils ? Oui ? Bon ben ça va !) Casa do Porto ça s'appelle. Louise a photographié une partie de la déco :

DSCN9403

Elle n'a hélas pas pris de vue du mur où la tête de dragon du club de foot de Porto est surmontée de cette phrase magnifique : "Porto é uma nação".

Grande fête donc où se retrouvent famille, amis et amis d'amis d'Agata, on était facile quatre-vingt (ouais, je parle belge, ça vous étonne?).

Ce qu'il y a de bien dans ce genre de réunion c'est qu'un tas de splendides créatures vous tombent sur le paletot et vous font la bise vous disant qui elles sont et quand elles ont eu le bonheur de vous rencontrer dans un passé lointain. Je n'en ai reconnu qu'une : Sandra. Mais j'ai quand même bien apprécié les autres.

Pareil, bien qu'un brin moins enthousiasmant, pour les mecs : dans la grande mouvance des copains de mon fils tout le monde s'embrasse joyeusement. Pour ces gaillards donc, la tâche de reconnaissance est encore plus ardue : tel que vous avez connu svelte, imberbe et les cheveux descendant jusqu'aux omoplates vous revient précédé d'un durillon de comptoir, le crâne rasé et la barbiche entourée d'un anneau dans la plus pure tradition Viking. J'en ai quand même reconnu un, celui-là même qui avec mon fils et un autre gusse du même acabit nous avaient à l'occasion de leurs quarantième anniversaire, monté un de ces pièges à cons dans lequel nous avions donné tête première, mais malheureusement, je ne me rappelais plus son prénom.

Et la loi des séries dans tout ça me direz-vous. Patience, j'y viens, vous répondrai-je.

C'est que quelques jours auparavant, j'avais été convié par un ancien collègue au drink (je crois qu'en France on dit "pot", mais nous, on dit "drink") de ses vingt-cinq ans de service. Un mec charmant, Libanais marié à une Polonaise, parlant dix langues et en baragouinant quelques autres, scientifique de haut vol mais d'une modestie à toute épreuve et qui, qualité rare, se refuse à posséder un GSM.

Et donc, à cette réunion où je suis parvenu après un contrôle serré, niveau d'alerte quatre oblige, tout  était pareil ou presque qu'à la précédente (précédente dans le texte parce que dans le temps, c'était la suivante, vous suivez?) : un essaim de jeunes dames me tombent dessus en chantant mon prénom et en me faisant elles aussi la bise. Les mecs eux me serrent la pince : autres lieux, autres mœurs. Différence d'avec la première situation : ici, je reconnais tout le monde et me souviens de presque tous les prénoms.

Il y a même eu comme un moment de flottement : brouhaha unanime :"t'as pas changé! déjà douze ans? qu'est-ce qu'on s'emm... depuis que tu n'es plus là! surtout depuis les Français!", on hésitait à savoir qui on fêtait à ce drink : mon ami Antoine ou moi. Mais rassurez-vous, tout rentré dans l'ordre au moment des discours.

Ah, ces plongées dans le passé!


Posté par Walrus à 11:11 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 décembre 2015

SLC !

Ah oui, j'oubliais, vous êtes trop jeunes pour avoir connu ça !

 

slc

(clic!)

 Aujourd'hui, ils font un come-back, Salut les COPains, ça s'appelle.

Se plaisent tellement bien ensemble qu'ils jouent les prolongations. Mais paraît que demain, ça sera bon (ben oui, vous savez, l'hymne national français "Ah ça ira, ça ira, ça ira !" ou belge "Ça ira mieux demain !").

Bon, moi, optimiste impénitent, j'ai ma petite idée sur la question : vont encore nous pondre un de ces compromis à la noix, ou à la graisse de chevaux de bois pour parler contrescarpe, dont ils ont le secret ces montagnards accoucheurs de souris.

Avec leur capitale à sept mètres au-dessus de l'ancien niveau de la mer, les Flamands n'ont qu'à bien se tenir, vont devoir apprendre le français pour grimper dans les courbes de niveau !

Comment ? Mais oui, ils le connaissent déjà, vont juste devoir le parler.

Bon, c'est pas tout ça, faut que j'aille faire le plein de diesel...


Posté par Walrus à 13:16 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

02 décembre 2015

Comment n'y avais-je pas pensé ?

Hier, comme je ne trouvais rien de passionnant dans le programme télé (même sur Mezzo, ils donnaient un concert de jazz au Québec où un guitariste et un violonisteux nous réinterprétaient la vie en rose et le petit bal perdu) je demande à mon épouse si elle veut que nous regardions un DVD. Nous n'en possédons que quelques-uns dont la plupart destinés à nos petites-filles lorsqu'elles étaient plus jeunes.

En posant la question, je pensais à un concert Mozart de Cecilia Bartoli (quel tempérament !), mais en feuilletant l'album des DVD, je suis tombé sur "My Fair Lady". Celui-là datait de l'époque où ma femme ayant emmené les filles voir une représentation live de "Singing in the Rain" (un titre on ne peut mieux adapté à notre climat), Emilie s'était entichée de ces anciennes comédies musicales.

Dans ce film où brille une des plus charmantes productions de la région bruxelloise, à savoir Audrey Hepburn (elle est née à Ixelles), son professeur, un spécialiste en phonétique, lui fait, dans la version française, répéter la phrase suivante "Le ciel serein d'Espagne est sans embrun".

lady

Et c'est là que j'ai regretté de ne pas m'en être souvenu le jour où j'avais pondu ce billet sur la confusion entre les sons "in" et "un". Je crains que le professeur Higgins ne soit pas au bout d'en voir !


Posté par Walrus à 11:52 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :

30 novembre 2015

Souvenirs, souvenirs

Tout ça, c'est la faute à l'Adrienne et à son Oncle rocker à banane (lequel apparemment avait aussi la pêche) .

Pour amuser le peuple, j'ai voulu retrouver une photo du temps où moi aussi je portais la banane (en véritable précurseur puisque le Rock'n Roll n'apparaîtrait que quelques années plus tard).

Je croyais me rappeler que j'avais déjà utilisé cette photo sur mon blog, mais  à quelle occasion ? ... et sur quel blog ?

Car j'ai trois blogs :

  1. Celui que vous êtes en train de lire
  2. Celui que je tenais avant lui
  3. Celui que j'écris dans ma tête et où je dépose chaque jour plusieurs billets que vous ne lirez jamais, petits veinards que vous êtes !

Comme mon premier blog ne comporte que de très rares photos (dont celle d'une bouteille de Noilly-Prat et celle d'une 4CV Renault, toutes deux à usage strictement documentaire à l'intention de Val, cofondatrice du Défi du samedi), il ne me restait le choix qu'entre les deux autres.

Pour celui dans ma tête, comme les illustrations en sont irrécupérables, je ne m'en suis pas inquiété : chance, c'est le plus volumineux !

J'ai donc examiné dans Canalblog les 910 illustrations répertoriées pour le numéro 1 et fini par m'apercevoir que dans le billet où je l'avais collée, elle était minuscule.

J'ai donc recherché pour le scanner le document original : un "snapshot" Kodack collé sur une des pages de mon journal intime, celui du temps où j'étais, comme le dit Jacques, "Beau, beau ! Beau et con à la fois !".

0

J'en ai trouvé deux autres :

12

plus une où je me suis rangé :

3

 

Chaque rare fois où je plonge dans ces archives, je me dis qu'il me faudrait penser à les détruire si je ne veux pas courir le risque que, si mes héritiers avaient l'idée saugrenue de les parcourir avant de les jeter, ils aillent découvrir que j'étais aussi con, si pas plus, qu'eux au même âge.


Posté par Walrus à 12:19 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,


22 novembre 2015

Paris

Au lendemain des événements de la semaine dernière, j'ai pris, influence néfaste de la pub pour Unibet et autres sites de paris en ligne, deux paris (ben oui, dans le titre y a une majuscule, mais c'est la convention, non ?).

  • Que, contrairement à ce qui se passe systématiquement lorsqu'un attentat a lieu à Tunis ou Charm el-Cheikh, personne ne viendrait demander à Didier, notre ministre des affaires étrangères, s'il déconseillait de se rendre dorénavant à Paris.
    Gagné !
  • Qu'il se trouverait bien un enfoiré quelconque pour conseiller de bombarder Molenbeek.
    Gagné !

Puisque le mot maudit est lâché, je vais vous raconter ce que la visite impromptue de Greta m'avait sur le fil empêché de vous dire mercredi.

Si vous êtes un lecteur assidu de ce blog, vous connaissez certainement mon attitude peu encourageante vis-à-vis des vacances, ou à tout le moins de leur absolue nécessité puisque lorsque j'y suis mon épouse, je ne les trouve pas plus désagréables que ça.

C'est pourquoi pendant des années, lorsque ma moitié, poussée par les relations vacancières de nos relations (vous suivez toujours ?) me demandait pourquoi nous n'irions pas nous aussi visiter Prague* ou toute autre "si belle ville!", je répondais invariablement : "Mais pourquoi courir aussi loin quand nous n'avons même pas visité Molenbeek à deux pas de chez nous ? C'est très joli, Molenbeek !" En tout cas, c'est plutôt poétique puisque la traduction française de ce mot flamand est "Ruisseau du moulin". Le patelin devrait également répandre une petite odeur de sainteté, son nom complet se trouvant être Molenbeek-Saint-Jean.

Aujourd'hui bien sûr, devant la réputation faite à cette commune, c'est encore plus dur de le lui faire avaler. Aussi confierai-je à Coumarine le soin de relativiser un peu les choses, tout en signalant à ceux qui voudraient trouver de mauvaises raisons de s'inquiéter davantage, que la vague d'immigration maghrébine qui a succédé à la faillite de l'empire colonial français s'est également fixée, pour les citer d'est en ouest et de façon non exhaustive, dans des quartiers de Schaerbeek, Vilvoorde, Laeken, Jette, Saint-Josse-ten-Noode, Koekelberg, Bruxelles, Anderlecht.

 

* Pas plus tard qu'hier midi, lors d'une conversation avec nos amis dans un restaurant d'Ellezelles, Prague s'est vue ravir son titre envié de plus belle ville jamais vue de leur vie par Dubrovnik. On attend la prochaine révision du palmarès.


Posté par Walrus à 11:03 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

19 novembre 2015

Sur le fil

Lundi, tandis que je m'apprêtais à vous pondre un billet style "Molenbeek, terre de vacances", je reçois un mail.

Walrus ! (en réalité ma correspondante a utilisé mon prénom) Si vous êtes chez vous mercredi, je viendrai vous faire un petit bonjour. J'arriverai vers 12h30. Ne faites rien de spécial.

Je signale la chose à mon épouse et c'est le branle-bas de combat immédiat : on remonte le Champagne de la cave, on appelle le fournisseur de foie gras (qui est momentanément fermé, le traître), on établit un petit menu de secours en désespoir de cause et on attend de pied ferme...

Qui ? Greta !

Comme nous sommes mercredi, je vais chercher les filles qui mangent avec nous. Quand je rentre, Greta est déjà là en grande conversation avec mon épouse (je vous fais grâce de mon intervention classique signalant l'étrange propension qu'ont mes parents et amis à converser bien plus avec ma femme qu'avec moi, ça doit provenir de mon côté ours mal léché).

Quand j'entre, elle se lève pour me faire la bise et déclarer s'adressant à nous deux "C'est fou, vous ne changez pas !" (je traduis en ce qui me concerne qu'elle entend par là qu'à l'époque où nous œuvrions de concert au service de la science, j'avais déjà l'air aussi vieux qu'aujourd'hui).

Elle va tenir, car elle doit conduire, avec une seule flûte de Champagne pour tout le repas : amuse-gueules (elle est folle des betteraves rouges), saumon fumé, Parmentier de confit de canard, tarte aux poires et frangipane.

En deux heures, revue générale annuelle : famille, boulot, politique, société, elle a le sens de l'exposé concis.

Elle réussit même à placer, grâce au prochain mariage de son fils, une allusion dépitée à ses formes que, personnellement, je continue de trouver toujours aussi "somptueuses".

Douze ans que je suis retraité et que subitement, fidèlement, une ou deux fois l'an, le tourbillon surgit, élégant, souriant, volubile.

Là, elle a trouvé une fenêtre, demain, elle sera pour deux jours à Fribourg, la semaine prochaine, pour trois jours à Lyon et la suite à l'avenant.

Moi, pour quelques nuits, je vais retrouver des rêves où je suis au boulot.

Dingue non ?


Posté par Walrus à 19:19 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

19 octobre 2015

Walrus au rapport

... et au Tréport. Tréport où nous sommes retournés pour tester ce dessert aux Saint-Jacques qui semblait tant vous intriguer vous aussi.

N'avaient pas de Menetou-Salon, mais leur Sancerre rouge n'était pas mal non plus.

Pour le reste (je répète mon commentaire à l'Adrienne : croustillant de Saint-Jacques aux pommes caramélisées, sauce caramel au beurre salé) je dois bien avouer une légère déception : les Saint-Jacques parfaitement cuites n'apportaient rien au reste du dessert et le reste du dessert n'ajoutait rien aux Saint-Jacques. Bref, une association un peu hasardeuse comme nous l'avions tous pressenti, pour ne pas dire craint.

DSCN8638

Pour rester honnête, il me faut avouer qu'il y avait quand même un petit plus à la chose : pour avoir le plaisir de vous faire mon rapport sur ce dessert, il nous a fallu ajouter deux euros au prix du menu.

Merci les gars !


Posté par Walrus à 17:14 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags :

14 octobre 2015

Paumé !

Je réside, momentanément, au numéro 94 de la place du Jeu de Battoir. les conséquences de cette simple information sont aussi multiples qu'étonnantes.

  1. Lorsque, souhaitant obtenir une carte de stationnement, vous donnez votre adresse à la fliquette valéricaine aux ongles peints en gris-bleu en spécifiant "nonante-quatre", vous avez droit à une vue plongeante sur la chute de sa mâchoire inférieure, ce qui vous incite à lui susurrer de votre voix la plus suave "quatre-vingt-quatorze", question de ramener un peu de sérénité dans le regard auparavant affolé du blond accessoire de bureau de police.
  2. Lorsque le nom de l'endroit vous inquiète et que vous creusez un peu les choses, vous apprenez qu'il s'agit du site d'un ancien terrain de jeu de paume à l'époque où les raquettes étaient encore en bois massif plutôt que garnies de tamis de chanvre ou de boyaux. Vous apprenez également, en toute dernière extrémité de votre soixante-quatorzième année (on ne sait jamais que ma Valéricaine préférée lise mon blog), que la façon bizarre de compter les points au tennis provient de ce même jeu de paume où le premier point gagné vous autorisait à avancer de quinze pieds pour servir, de quinze à nouveau pour le deuxième et de dix seulement pour le troisième, pour ne pas être vraiment trop près du filet, d'où, par addition, le quinze, trente, quarante.
  3. Lorsque considérant la position de votre logement (une ancienne maison de pêcheur) au sein d'une rangée d'une dizaine de constructions, vous vous demandez pourquoi diantre il porte le numéro 94, vous constatez que vous n'êtes pas seul à être concerné par le problème puisque la succession des numéros de votre côté de la place est le suivant : 44, 56, 62, 70, 84, ??, 94, 100, etc. (L'etc provient du fait que tandis que je procédais au relevé des numéros d'habitations de mon côté de la place j'ai été interrompu par un Anglais cherchant la rue du Puits Salé et que j'ai dû le faire entrer dans mon chez moi provisoire pour lui montrer l'endroit dans MAPS.)
  4. Lorsque, consultant le site de la commune de Saint-Valéry sur Somme, vous apprenez avec angoisse qu'un marché se tient le mercredi sur cette place où vous avez établi votre résidence de vacances, vous cherchez partout, mais en vain, une indication pouvant vous laisser entendre que vous devriez garer ailleurs votre véhicule pendant le déroulement de la chose. Explication de la vanité de votre recherche : le marché en question étalait ce matin sous vos yeux ébahis les quelques quarterons d'oeufs et caisses de légumes terreux d'un cultivateur local et la camionnette rouge d'un boucher du même endroit. Il arrivait quand même à remplir tout l'emplacement réservé au stationnement d'un car.

Non, y a pas d'images, c'est ballot hein ?


Posté par Walrus à 19:49 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

13 octobre 2015

Il est un âge dans la vie où chaque rêve doit finir

... alors, bien que je n'y sois pas né, je suis allé revoir la Normandie.

Bon, j'ai fait au plus court, nous sommes allés au Tréport, la télévision française nous ayant fort opportunément rappelé que la saison de la coquille Saint-Jacques débutait avec le mois d'octobre. Et la Saint-Jacques, c'est comme l'asperge et la gorgée de bière : la première est toujours la meilleure.

J'ai donc garé la voiture de ma fille au sommet des falaises et nous sommes descendus en ville par le funiculaire. Parking et descente gratuits, ça change de la côte picarde (bon, pour tempérer votre enthousiasme, je signalerai quand même que le parking en ville est à 1,4 € de l'heure).

DSCN8409

Après avoir longé la plage, question de faire pisser le mouton chien, et marché jusqu'au pied du petit phare marquant l'entrée du chenal du port pour satisfaire un souhait de mon épouse, nous avons étudié soigneusement la carte des divers restaurants qui se succèdent le long du bassin d'entrée. Belle homogénéité dans les propositions et les prix. Il nous a donc fallu choisir au feeling celui qui aurait le privilège de nous servir son menu Saint-Jacques à tous les plats et nous mettre à l'abri d'un vent qui se révélait de plus en plus violent.

C'est peut-être le décor assez kitch et un brin "mille et une nuits" qui a décidé mon épouse à pousser la porte des "comptoirs de l'océan".

DSCN8456

Les coquilles étaient impeccables, en carpaccio, en feuilleté ou poêlées et le Menetou Salon (rouge) n'avait pas été, contrairement au Saumur Champigny de dimanche au Hourdel, enté sur un porte-greffe de chêne-liège. Le dessert, une salade de fruits sous sabayon gratiné, était étonnant mais tout ce qu'il y a de comestible et même le café était buvable, c'est vous dire.

DSCN8458 DSCN8459

Faudra peut-être bien qu'on y retourne au Tréport, parce que j'ai repéré un autre resto où même le dessert était à base de Saint-Jacques.

Intrigué je suis...


Posté par Walrus à 21:33 - - Commentaires [14] - Permalien [#]