10 août 2015

Semaine type

Pour ceux qui se demanderaient à quoi peut bien ressembler la vie d'un retraité, je vais vous extraire une tranche du pâté de mon existence. J'espère que vous ne serez pas déçus par sa monotonie.

 

Vendredi 31 juillet

Il y a trois ans, moi (et ma grande gueule) avions signalé à Caro la présence d'un magnum de Schistes dans notre cave. Caro s'était promis de venir en tâter. C'est ce vendredi que la chère enfant (accompagnée d'un des siens) décide de mettre son projet à exécution. Rendez-vous pris pour dix-neuf heures rue du Marché aux Porcs où la belle a son logement. Elle est tip top au point de chargement. Sur le trajet aller, je suis passé fermer les volets chez ma fille (en vacances en Bretagne) et nourrir chats et lapin.

Sur le chemin du retour, nous devons faire un premier détour pour embarquer devant le Botanique ma petite-fille Emilie à la sortie de son dernier cours intensif de physique. Elle était rentrée seule de Bretagne à cet effet et avait logé chez sa marraine durant la semaine écoulée. Second détour pour faire voir à Caro et son rejeton la gare de Tour et Taxis (splendide bâtiment en briques dont Adrien semble friand), une version du penseur de Rodin derrière les grilles du cimetière de Laeken, l'atomium, le palais royal de Laeken, les serres de Bala, la maison chinoise et la tour japonaise (importée de l'expo de Paris 1900 par Léopold II).

Le souper (amuse-gueules divers avec Crémant de Bourgogne, ris de veau, manchettes d'agneau, dame blanche ou noire) s'est bien déroulé. Caro telle que je l'avais rêvée : volubile et jamais en panne de conversation (j'ai même pas pensé à prendre une photo). Le Schistes à la hauteur de sa réputation : à la fois robuste et velouté, il vient de la Serre Romani (montagne au romarin) de la commune de Maury, mon fils a la sélection sûre côté vins.

Vers 23 heures ma progéniture de seconde génération va se coucher, un peu après minuit je raccompagne nos invités à leur logement après avoir achevé la mise en ligne des défis du samedi.

 

Samedi 1 août

Lever à six heures, saut à la boulangerie pour acheter les viennoiseries indispensables au petit-déjeuner, passage chez les chats, dépôt d'Emilie à son cours toujours accéléré mais de chimie cette fois, de l'autre côté de la ville dans le coin des étangs d'Ixelles. Récupération au même endroit à 19 heures et passage chez le lapin. Mon épouse décide de profiter de la présence de la gamine pour lui offrir une table de riz au Mandarin chinois à Neder-over-Heembeek.

 

Dimanche 2 août

Emilie avait cru aller à son cours en tram, mais le dimanche il n'y en a que deux par heure, trop risqué ! Dépôt et, tant qu'à faire récupération en voiture avec passages par les volets. Entre ces allers - retours, passage vite fait au marché de Wemmel et promenade du chien au parc des trois fontaines à Vilvoorde.

 

Lundi 3 août

Dépôt et reprise d'Emilie à l'arrêt du tram, double aller-retour chez ma fille (volets etc...), dans l'après-midi, passage chez des amis pour tonte d'urgence de la tête du mec par mon épouse, éclusage rapide d'une Bush.

 

Mardi 4 août

Dépôt d'Emilie au tram, son père de retour de Bretagne avec le reste de sa famille ira la récupérer, ils viennent dîner chez nous et repartiront après minuit en emportant une grosse moitié du plat de lasagne et les bagages d'Emilie.

 

Mercredi 5 août

Notre fils nous avait invités à passer un jour de repos dans sa maison ardennaise. Il nous y attend pour le milieu de l'après-midi. Mon épouse décide de partir le matin et de manger un "petit bout" à Marche-en-Famenne (125 km de Bruxelles). Nous choisissons la terrasse du Manoir, un resto dont la carte m'avait attiré en proposant du homard, mais comme il n'y en avait plus, nous avons opté pour un menu scampis à la plancha sur lit de taboulé et ris de veau en blanquette. Nous avions à peine entamé la bouteille de Saint-Amour que notre fils débarque sur son Brompton, il nous a aperçus en passant dans la rue. Nous n'avons même pas le temps de lui demander s'il veut se joindre à nous qu'il doit battre en retraite à cause du chien qui ne se (re)tient plus de le voir.

Dans l'après-midi, nous nous installons chez lui puis, après une petite bière à l'ombre du frêne du jardin, on en vient rapidement à l'apéro (brut de chez Deutz) du dîner (liguines aux moules all'arrabiata avec Auxey-Duresse et pavé de cabillaud à la florentine avec un Vosne-Romanée).

Je ne dirai (presque) rien de la nuit passée pour une part à masser la jambe de mon épouse qui avait des crampes (elle supporte mal le vin blanc même si elle l'adore) et pour l'autre à lutter pour ne pas être éjecté du lit par le chien.

 

Jeudi 6 août

Comme la veille nous n'avions pas eu le temps d'inviter notre fils à partager notre repas au resto, nous sommes allés au "Les pieds dans le plat" au beau milieu de nulle part. Depuis que le truc est étoilé, notre fils ne réussisait plus à y trouver une table le weekend parce qu'il essaie toujours d'y aller "à l'inspiration". Là, un midi de semaine, nous avons eu une table où nous nous sommes retrouvés après une petite balade apéritive dans la forêt environnante. Menu sympa demi baby-homard grillé, secreto iberico assortiment de petits légumes et purée de pommes de terre (moitié beurre). Comme ils n'avaient plus de Sancerre rouge, mon fils a opté pour un Collioure (ouais, moi non plus je ne vois pas le rapport) un pur velours. Après le dessert, nous avons repris la route de Bruxelles, vachement reposés il faut le dire...

 

Conclusion

Vous la trouverez bien vous-même, moi j'ai une autre semaine de retraité à tirer !


Posté par Walrus à 18:20 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :


09 juillet 2015

Y a qu'à demander !

Dans un commentaire sur le blog de Margotte, je la priais de ne pas m'inciter à acheter de bouquins supplémentaires vu que vivant en appartement, je n'avais plus de place pour les stocker. En conclusion, mon épouse s'est empressée d'en acheter deux.

Margotte dans la foulée se demandait à quoi pouvaient bien ressembler mes coins à bouquins. Comme je ne demande qu'à satisfaire la curiosité de mes lecteurs et même de mes lectrices, j'ai empoigné mon appareil photo pour constater que la batterie était vide et celle de rechange également, ceci pour expliquer le décalage entre sa demande et ma réponse.

J'ai procédé avec méthode allant du plus proche au plus éloigné.

Salon : c'est lui qui, dans mon commentaire, faisait l'objet du décompte des livres errants sauf que j'avais négligé ceux des niches sous les enceintes de la chaîne HiFi.

bib1

 

Living : sous la vitrine gauche, les livres sont empilés sur trois rangées en profondeur, on comprend le fléchissement de la planche. Et bonjour pour en retrouver un !

bib2

 

Hall de nuit : si on éliminait le bouquet de pivoines en soie, on pourrait encore en ajouter une couche sur le dessus des étagères.

bib3

 

 

Chambre : formats disparates et "rangement" aléatoire. Comme disait un mien copain de notre appartement, "Un endroit où l'on voit qu'on vit !" (Salaud! Et encore, je passe sur la collection de matériel de peinture sur soie de mon épouse dans l'autre chambre).

bib4

 

Autre chose pour votre service ? La liste exhaustive des titres peut-être ? Ben heureusement que j'en ai bazardé mille cinq cent quand j'ai déménagé !


Posté par Walrus à 11:01 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags :

05 juillet 2015

Retraite anticipée

Régulièrement, dans cette petite fenêtre en haut à droite de mon écran, apparaît l'une ou l'autre photo du temps de mes activités laborieuses (normal, je travaillais dans un labo). À chaque fois, j'ai un petit pincement au cœur.

Je sais que pour la majorité de mes contemporains cela doit sembler incroyable : non seulement j'ai été parfaitement heureux au boulot, mais pire, s'il n'avait tenu qu'à moi, j'y serais encore.

Quand j'ai été engagé dans ces circonstances que j'ai déjà évoquées à l'intention d'Anaïs, la convention du secteur chimie établissait l'âge de la retraite à soixante-deux ans. Suite à des problèmes de financement des retraites complémentaires, il a ensuite été porté à soixante-cinq.

Aussi, lorsqu'il m'a été proposé de partir à soixante et un ans ai-je refusé tout net.

L'année suivante, ma double hiérarchie (poussée dans le dos par la DRH) est revenue à la charge. Ma directrice arguant de son prochain départ vers d'autres sphères où elle ne pourrait m'emmener dans ses bagages, ma chef de service disant de son plus suave accent flamand que son papa non plus ne voulait pas partir mais n'avait jamais regretté de l'avoir fait.

Ce qui m'a finalement décidé, c'est que durant cette dernière année, j'avais passé presque autant de temps à l'hosto qu'au boulot, que si ça se trouvait ça allait continuer et que ça ferait chier le monde et donc, basta et place aux jeunes !  C'était quand même l'âge convenu à mes débuts.

Je le regrette encore.

Ça vous étonne ? Faudrait peut-être que je vous montre les photos...

Hiérarchie
Bourré (de cortisone) et entouré de ma hiérarchie
Ma directrice porte un foulard de soie réalisé par mon épouse

 

Secrétaires
Bourré (de chocolat) au bar du Métropole
entouré de notre secrétariat

 

Ah, vous comprenez mieux, maintenant ! (Et vous n'avez même pas vu mes collaboratrices...)

Je dois à la vérité de dire que depuis que cette société que j'ai quittée a absorbé un groupe français et que mon ex-hiérarchie se plaint avec un ensemble touchant de la nouvelle ambiance consécutive à ce deal, déclarant à qui mieux mieux vouloir partir à la moindre ombre de proposition, j'ai un peu moins de regrets.

Ben oui, on se voit encore, ça ne fait quand même que douze ans que je suis parti !


Posté par Walrus à 11:10 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : ,

11 juin 2015

Chien perdu avec collier

Hier, j'ai paumé le chien !

Comme j'ai promis à Coumarine de pondre un truc aujourd'hui, je vais vous raconter ça.

Hier donc, le chien, comme (presque) chaque jour, m'emmène parcourir le domaine des Trois Fontaines.

Pour être rigoureux, je dois spécifier que ce chien est une chienne (comme ma vie, particulièrement depuis qu'il est là) mais je préfère utiliser l'appellation générique et je l'appelle "Le chien". Dans la meute familiale, la hiérarchie est clairement établie : mon épouse est la maîtresse du chien et moi, j'en suis l'esclave.

Dans ce parc, je laisse courir le chien en liberté et ne l'attache que si nous devons croiser un autre chien lui-même tenu en laisse. Ses sports favoris sont l'un, de chercher un bâton qu'il me demande de lancer et qu'il me ramène dans le but de recommencer l'opération, l'autre, de creuser dans les mottes de terre rejetée par les taupes. Jamais aucun de mes chats ne s'est livré à des activités aussi stupides : les chats ont leur dignité quand même.

Après avoir fait le tour de la grande prairie par le nord, nous sommes arrivés près de ce banc d'où l'on peut jouir de la vue sur les étangs en bordure du canal de Willebroek. Ce banc était occupé par deux dames entourées de quatre chiens.

Dès qu'ils ont aperçu le mien, ils s'en sont approchés. Ils ont alors organisé un match poursuite en circuit fermé jusqu'à ce que le mien se jette dans la descente d'un chemin couvert de mulch. Ils se sont rapidement retrouvés hors de vue malgré les cris de rappel de leurs accompagnateurs.

Comme je n'entendais plus que des aboiements en contrebas, j'ai commencé à descendre le chemin par où ils avaient disparu. C'est alors que le premier chien des dames (le plus grand) est réapparu par un autre sentier plus étroit que j'ai aussitôt emprunté.  J'ai croisé dans ma progression les deux suivants classés par ordre de taille.

Lorsque j'ai débouché, en bas de la pente boisée, sur le chemin bordant les terrains de tennis, je n'ai trouvé que le quatrième, une sorte de mini-bouledogue brun (je ne suis pas expert en races canines) haletant et crachotant sous l'effet de sa course effrénée de court sur pattes. Mon chien, lui, avait disparu.

J'ai battu les taillis en l'appelant : rien.

Derrière le tennis, je tombe sur un mec, accompagné lui aussi d'un grand chien, qui me dit croire en avoir vu un petit grimper "volle speed" le raidillon menant à la vieille chapelle. J'emprunte la chose et parviens à l'édifice : pas de chien. Les filles et leurs quatre chiens se trouvent en contrebas. Je dévale en claudiquant la pente herbue pour les rejoindre : elles n'ont rien aperçu non plus et promettent de continuer à chercher.

En désespoir de cause, je remonte à l'endroit où la poursuite a commencé : rien.

J'appelle mon épouse pour lui annoncer, avec les ménagements d'usage, qu'elle vient de passer brutalement à l'état d'ex-propriétaire de chien et décide de retourner à la voiture. Après quelques dizaines de mètres, j'entends un concert d'aboiements à plusieurs voix dans la direction opposée. Je fais donc demi-tour et retombe sur les filles et leurs chiens, mais toujours pas sur le mien. Ces dames prennent des airs contrits en me disant qu'elles se sentent coupables de la disparition de ma bête. Je leur réponds que ce n'est la faute de personne, que c'est la vie et je continue mon chemin vers le parking par l'autre côté du parc.

Quand je parviens à la voiture, le cabot m'attend, sagement assis à côté de l'engin. Comble, je sens que s'il pouvait parler il me dirait "Ben t'en as mis un de temps !"

Je le vois bien à son air narquois.

Je me réinstalle dans mon rôle de chauffeur de Mademoiselle. L'esclavage reprend. Pendant une demi-heure j'ai rêvé d'être redevenu un homme libre. Ce sera pour une prochaine fois !

 

caramba


Posté par Walrus à 18:13 - - Commentaires [43] - Permalien [#]
Tags :

13 mai 2015

Ultra brève (des fois que vous ne vous inquiéteriez pas des catégories de ce blog)

Depuis que mon épouse consulte une orthopédiste, mon genou va nettement mieux.

genou


Posté par Walrus à 08:40 - - Commentaires [17] - Permalien [#]


01 mai 2015

Ah, les stars !

En consultant l'autre jour le blog de Célestine, je constate dans sa liste de blogamis que ça faisait trois semaines que je n'avais rien pondu sur le mien.

Depuis, j'ai commis en vitesse une "brève de comptoir", mais je sens que ça ne va pas le faire...

Tandis que je me demande de quoi je vais bien pouvoir vous entretenir, on interviewe à la radio une de nos actries nationales : Marie Gilain.

Par association d'idées, il me revient en mémoire que voici quelques jours, sur les mêmes ondes, le critique cinéma patenté de la RTBF (Hugues Dayez) se plaignait amèrement de la composition extrêmement commerciale du jury du prochain festival de Cannes et, tout particulièrement, de la présence en son sein (si j'ose dire) de Sophie Marceau.

J'ignore ce qu'elle lui a fait (ou pas) cette gamine, mais déjà la semaine précédente, parlant d'une actrice nordique qui l'avait ébloui tant par sa beauté que par son intelligence, il disait "Un peu comme Sophie Marceau qui aurait un cerveau".

Je trouve souvent ce gaillard un brin sévère dans ses jugements et un rien imbu de sa connaissance profonde du monde de la toile (mais non, pas le web !), mais je dois reconnaître qu'il a le sens de la formule.

Jaloux je suis !

Marceau  Gilain


 

Posté par Walrus à 09:54 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 avril 2015

Tête de Turc

Un des rédacteurs du Vif se fend d'un raccourci aussi suggestif qu'audacieux pour le titre d'un de ses billets sur le site de l'hebdomadaire :

Erevan

Qu'on rende hommage à ses victimes, admettons, mais au génocide lui-même...

Mais que fait donc le MRAX ?


Posté par Walrus à 18:29 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 mars 2015

מְדִינַת יִשְׂרָאֵל

Ma première rencontre avec l'état d'Israël date de l'époque où ma fiancée rédigeait son travail de fin d'études sur le livre "Le dernier des Justes" d'André Schwartz-Bart, livre extrêmement controversé s'il en fût. Mais là n'est pas mon propos.

À l'époque, la propagande du nouvel état se plaisait à souligner, dépliants didactiques à l'appui, la totale égalité dont jouissait en son sein la population palestinienne.

D'où vient donc dès lors qu'en mai 2009, j'aie pu découvrir sur les murs de Citta di Castello cet étrange graffiti ?

Citta di Castello-0049

Bon, ben la réponse est en italien dans le texte : involuzione.

Pourquoi je vous parle de ça ?

Ben parce que demain (ou peut-être même aujourd'hui, vu l'heure où je suis en train d'écrire) l'équipe nationale de mon pays rencontre celle d'Israël en tour préliminaire de la coupe d'Europe de foot.

Et c'est là que m'assaillent quelques questions :

  • Si les Belges battent les Israéliens, ne va-t-on pas crier à l'antisémitisme ?
  • Pourquoi les Israéliens participent-ils à la majorité des compétitions européennes, y compris l'ineffable concours Eurovision, et pas les Palestiniens, les Jordaniens, les Libanais, etc ? Discrimination ?
  • La visite aussi rapide que touristique de l'équipe belge au cœur de Jérusalem avait-elle pour but de s'entraîner devant le mur des lamentations à excuser son éventuelle défaite ?

Bon, vous tracassez pas trop, il y a longtemps que le foot me laisse indifférent et que je me suis fait une religion sur l'état sioniste.


Posté par Walrus à 23:42 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :

26 mars 2015

Jean-Luc

Dans une émission récente (je ne garantis pas que le lien soit pérenne et je ne le colle qu'à l'intention de mon neveu Joe, personnes non averties s'abstenir), on fêtait sur la RTBF les quarante ans de la fondation de Sttellla par une interview du chanteur belge favori de mon dit neveu.

Ce que j'apprécie chez Jean-Luc Fonck c'est son esprit de répartie. Comme dans cette émission (pas sûr que ce soit celle dont je vous parlais) où il répond à l'animatrice qui lui demande s'il n'avait pas d'angoisse  avant son concert à l'Ancienne Belgique "Si, j'étais inquiet de savoir si tous ces gens allaient pouvoir retrouver leur parking". Comme ça, si vous avez suivi mon conseil, vous n'aurez pas tout perdu !

 

 

Cela m'a rappelé qu'aussi étonnant que cela puisse paraître en raison de mon peu d'attrait pour les sorties-spectacles, j'ai assisté aux débuts de Sttellla.

Un des animateurs de mon Unité scoute était copain avec Jean-Luc Fonck, si bien qu'un jour, nous avons, fin des années septante, organisé un concert de Sttellla dans le local scout. Pour vous dire comme c'était sérieux, on avait réalisé une "scène" en posant des panneaux de multiplex sur les sacs contenant les tentes de patrouilles, stabilité garantie !

Le clou du spectacle était sans conteste la prestation de Clarence, "le lion de la moto", qui en blouson de cuir exécutait un solo d'aspirateur.

Je les ai revus quelques mois plus tard alors qu'ils assuraient l'ambiance (et quelle ambiance) "musicale" au mariage du même animateur dans un des chalets de la Fresnaie à Dworp.

Rien que pour ça, je ne regrette pas d'avoir vécu, tiens !


Post Scriptum

Ah ben, tiens, je l'ai retrouvé :


Posté par Walrus à 15:08 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 mars 2015

Stupeur et tremblements (comme s'écrieraient en chœur mes deux compatriotes Adrienne et Amélie)

Donc, comme vous l'avez appris avec stupeur lors de l'épisode précédent, mon épouse et moi-même avons passé trois jours dans un petit hôtel au pied du Cap Blanc-Nez : chambre confortable fraîchement réaménagée, personnel d'une extrême gentillesse, petits-déjeuners copieux mais un brin chérots, WiFi gratuite mais extrêmement poussive.

DSCN6814DSCN6813

Nous avions décidé d'arriver par le Cap Gris-Nez, puis de remonter la côte pour rejoindre Escalles. La journée était belle et la mer calme, on distinguait parfaitement la côte anglaise et ses falaises et on devinait même les installations portuaires de Douvres. Mon veston de velours léger suffisait à me garantir une température acceptable.

DSCN6792

Le lendemain par contre, lorsque ma moitié décida de se rendre au sommet du Blanc-Nez, il faisait un brin frisquet et il y régnait un vent de tous les diables. La chienne aux oreilles naturellement pendantes les avait bien (re)dressées. Pour affronter les éléments, nous avions dû revêtir nos parkas et en relever les capuchons pour éviter l'envol des couvre-chefs (et le gel des oreilles).

"J'ai l'impression de porter une burqa !" me dit mon épouse et elle ajouta, me tendant son appareil : "Tiens, prends une photo !".

Je me saisis de la chose, cadrai soigneusement le sujet et poussai sur le bitoniau déclencheur.

Devant mes yeux ahuris, un message apparut :

Mémoire insuffisante

"Mordious !" m'écriai-je, espérant récupérer un peu de chaleur occitane en usant d'un mot de là-bas, "Même ce machin est atteint d'Alzheimer!"

En fait, mon épouse avait laissé la carte mémoire de l'engin dans le slot ad hoc de son ordinateur et avait saturé la mémoire interne du Nikon avec ses photos de la veille, c'est con !

Bah, du Cap Blanc-Nez, on descend vers Sangatte, on traverse le patelin, et deux ronds-points plus loin, on tombe sur une route qui mène directement à l'Auchan de Calais...

DSCN6837


Posté par Walrus à 10:56 - Commentaires [20] - Permalien [#]