12 juillet 2016

Dans ma petit tête

L'autre jour, je suis entré dans la cuisine pour préparer le petit-déjeuner avec dans la tête la mélodie d'Angelina. L'ennui, c'est que je connais trois versions chantées de cet air, toutes avec des paroles différentes, si bien que je m'y perds un peu. Il y a la version universellement connue de Louis Prima, celle dans le même esprit du Grang Jojo et, extirpée de mes souvenirs de jeunesse, celle de Tino Rossi.

Dans ma petite tête, j'essaie de les classer par ordre chronologique (Rossi, Prima, Jojo) puis, je passe à autre chose : dans les deux versions les plus récentes il est question de macaroni et de spaghetti, dans celle du sirupeux Rossi, pas du tout.

Les macaronis me rappellent que dans ma prime jeunesse on appelait ainsi les immigrés italiens venus ramasser la silicose dans nos charbonnages. Espoir d'un début d'intégration, certains y ajoutaient même "Soubry" une marque de pâtes tout ce qu'il y a de belge.

Moi, dans mon école primaire de Montignies-sur-Sambre, mon meilleur ami s'appelait Roberto Botti et ça a été une déchirure lorsque j'ai dû déménager pour rencontrer Maria...

Les spaghetti, eux, m'ont rappelé une autre histoire : lors d'un échange international, nous avions logé dans les chambres de nos enfants partis au camp deux animateurs scouts italiens. L'un appartenait au scoutisme catholique, l'autre, comme nous, au scoutisme pluraliste (mais tous deux étaient catholiques). L'un était le fils du procureur en charge à l'époque de l'attentat de la gare de Bologne, l'autre sortait des Dolomites et ses compagnons du centre de l'Italie le surnommaient "El Tedesco".

Le premier est un peu maniaque et lorsque nous les emmenons au restaurant, il se refuse à manger autre chose que des spaghettis avec du beurre (dure négociation dans un resto spécialisé dans la viande chevaline). Chez nous, il tient absolument à nous préparer des spaghetti alla carbonara, mais il veut des spaghetti en paquets longs que je finirai par dégoter. J'avais oublié qu'alors, on ne trouvait que des spaghetti d'une soixantaine de centimètres de long, les Italiens les emballaient sans les plier alors que nous les pliions en deux pour avoir de plus petites boîtes, aujourd'hui, on ne trouve plus que des tronçons d'une bonne vingtaine de centimètres.

Après, j'ai perdu le fil, sans doute à cause des quartiers d'orange qui se bloquaient dans la trémie du slow juicer et réclamaient mon attention...


Posté par Walrus à 11:49 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :


05 avril 2016

Réponse au jeu du 29 mars

Chose promise, chose due, je vous donne les identifications. J'ai entouré le visage de mon épouse d'un rectangle, celui de sa copine aux yeux fascinants d'un cercle.

Paule003

Le message sera mis en ligne automatiquement le 5 avril.

J'annote au fil des commentaires :

  • Tilleul a tout faux
  • Adrienne ne se mouille qu'à moitié mais a bien reconnu la mienne (de moitié)
  • Célestine avait les deux dans ses trois propositions mais s'est trompée sur son deuxième choix (elle se trompe aussi lourdement sur la prétendue timidité de ma femme)
  • Si nous étions au Mastermind, Madame Chapeau aurait une bonne couleur mais au mauvais endroit
  • Berthoise s'aide du fait qu'elle a déjà rencontré mon épouse et se trompe pour la deuxième
  • Madame Chapeau revient sur sa décision et rejoint Berthoise au score : une sur deux
  • Berthoise change aussi d'avis et fait un carton plein !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

29 mars 2016

Petit jeu pour Célestine (et tout qui voudra jouer également)

 

Mon archiviste préférée a fouillé ses cartons.

Elle a retrouvé une photo regroupant quelques filles de sa classe à l'époque de mon récit.

Les deux protagonistes y figurent, les retrouverez-vous ?

Réponses ici-même dans une semaine (si je survis jusque là...).

Paule002


Posté par Walrus à 18:52 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

13 mars 2016

Pour Lorraine qui patiente depuis 2012 (et d'autres qui le font depuis 2008)

Depuis le week-end dernier, mon épouse passe tous ses après-midi à l'expo qu'organisent trois des ateliers de la Villa, dont le sien, tandis que je garde le chien.

Mardi, elle m'appelle d'urgence : "Viens, ta cousine vient d'arriver !"

Je me précipite au volant de ma voiture, étrennant par la même occasion le nouveau roulement de la roue arrière droite.

Ma cousine ! Vous savez, celle-là même qui avait si gentiment refusé de m'épouser. Et je me dis qu'il serait peut-être temps de vous conter cette "autre histoire" un peu rapidement promise.

Lors de ma première année d'études de chimie, mon école organise un bal. Les étudiants sont sommés non seulement d'y participer mais d'y amener une cavalière ou un cavalier en fonction de leur sexe. Comme je n'ai pas de petite amie, je demande à cette amie d'enfance que je rencontre de temps à autre de m'accompagner. Elle accepte à condition de pouvoir amener une condisciple.

Le jour dit, elles débarquent chez nous, valises à la main. Étonnante paire de demoiselles : mon amie est plutôt petite et dotée de formes généreuses, la sienne est (comme dirait Célestine) plutôt du style "grande asperge" permanentée de surcroît. Mais elle a des yeux ! Deux ! Deux yeux immenses qui lui mangent le visage et promènent sur le monde un regard étonné.

Durant tout le repas qui précède notre départ, chaque fois que je lève les yeux de mon assiette, j'accroche de l'autre côté de la table son regard fascinant. Je dois avoir la tronche de Mowgli quand Kaa lui chante "Fais-moi confiance !" dans le Livre de la Jungle version Disney.

Au bal, tout se déroule normalement : je fais danser, plutôt maladroitement, au son des Dixie Stompers d'Albert Langue (dont le trombone se révèle être également un virtuose du tuba dans "la polka des cochons"), celle que j'ai invitée et j'évite de trop croiser le regard médusant de sa copine.

Lors du retour, à l'arrière de la voiture de mon père (c'est l'époque du "Vous permettez Monsieur" d'Adamo, les parents se font un devoir d'accompagner leur descendance au bal, ce qui n'a pas que des mauvais côtés, celui des finances par exemple) mon amie se blottit contre moi, se saisit de ma main et finit par m'embrasser gentiment mais avec détermination. L'autre semble somnoler dans son coin.

Quelques jours plus tard, la secrétaire de l'école m'appelle pour me donner une lettre arrivée à mon nom (et me demander d'éviter de me faire envoyer du courrier à l'école : "Ce n'est pas un pensionnat ici !" à quoi j'évite de répondre que je ne me suis rien fait envoyer du tout, c'est susceptible les secrétaires).

La missive provient de la propriétaire des yeux. J'apprends à sa lecture qu'on a cru remarquer que l'on ne m'était pas indifférente, que c'est réciproque et que l'on est prête à envisager...

Felicity Lott n'aurait pas dit mieux !

Mais bon, la première j'avais dit ! Et ce qui est dit est dit. J'allais quand même pas perdre mon pari ! D'autant que, si je puis me permettre, côté formes, je serais plutôt Cecilia Bartoli que Felicity Lott...


Posté par Walrus à 15:53 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

23 janvier 2016

Qui se souvient d'Emmanuelle ?

Voilà-t-y pas que l'autre jour, en fouillant les dossiers photos de l'ordi à la recherche de Dieu sait quel cliché supposé illustrer un quelconque billet, je tombe sur le scan d'une photo de mon épouse entourée de nos enfants. Elle date de l'époque des noces d'or de mes parents.

C'est le siège sur lequel est assise ma femme qui me fait poser la question-titre.

Malgré tout le bruit qu'il avait suscité dans les années septante je n'ai pas vu ce film. Faut dire que je ne suis pas un grand fan de cinéma et encore moins de cinéma "érotique".

Mes seuls souvenirs concernent le fauteuil de son affiche parce qu'une de mes belles-sœurs avait eu l'idée saugrenue, quelques années plus tard, d'en offrir un dans le même style à ma mère.

Je ne sais pas ce que cette personne pudique, pour ne pas dire prude, en a pensé (pour peu qu'elle ait connu l'existence du film), mais mon épouse et moi, ça nous avait bien fait rire.

J'ai recadré la photo pour que vous goûtiez mieux la comparaison. Que gagneriez-vous à apprendre que ma fille était dotée à l'époque d'une chevelure rousse flamboyante ?

fra01

Emmanuelle01


Posté par Walrus à 12:12 - - Commentaires [29] - Permalien [#]


05 juillet 2015

Retraite anticipée

Régulièrement, dans cette petite fenêtre en haut à droite de mon écran, apparaît l'une ou l'autre photo du temps de mes activités laborieuses (normal, je travaillais dans un labo). À chaque fois, j'ai un petit pincement au cœur.

Je sais que pour la majorité de mes contemporains cela doit sembler incroyable : non seulement j'ai été parfaitement heureux au boulot, mais pire, s'il n'avait tenu qu'à moi, j'y serais encore.

Quand j'ai été engagé dans ces circonstances que j'ai déjà évoquées à l'intention d'Anaïs, la convention du secteur chimie établissait l'âge de la retraite à soixante-deux ans. Suite à des problèmes de financement des retraites complémentaires, il a ensuite été porté à soixante-cinq.

Aussi, lorsqu'il m'a été proposé de partir à soixante et un ans ai-je refusé tout net.

L'année suivante, ma double hiérarchie (poussée dans le dos par la DRH) est revenue à la charge. Ma directrice arguant de son prochain départ vers d'autres sphères où elle ne pourrait m'emmener dans ses bagages, ma chef de service disant de son plus suave accent flamand que son papa non plus ne voulait pas partir mais n'avait jamais regretté de l'avoir fait.

Ce qui m'a finalement décidé, c'est que durant cette dernière année, j'avais passé presque autant de temps à l'hosto qu'au boulot, que si ça se trouvait ça allait continuer et que ça ferait chier le monde et donc, basta et place aux jeunes !  C'était quand même l'âge convenu à mes débuts.

Je le regrette encore.

Ça vous étonne ? Faudrait peut-être que je vous montre les photos...

Hiérarchie
Bourré (de cortisone) et entouré de ma hiérarchie
Ma directrice porte un foulard de soie réalisé par mon épouse

 

Secrétaires
Bourré (de chocolat) au bar du Métropole
entouré de notre secrétariat

 

Ah, vous comprenez mieux, maintenant ! (Et vous n'avez même pas vu mes collaboratrices...)

Je dois à la vérité de dire que depuis que cette société que j'ai quittée a absorbé un groupe français et que mon ex-hiérarchie se plaint avec un ensemble touchant de la nouvelle ambiance consécutive à ce deal, déclarant à qui mieux mieux vouloir partir à la moindre ombre de proposition, j'ai un peu moins de regrets.

Ben oui, on se voit encore, ça ne fait quand même que douze ans que je suis parti !


Posté par Walrus à 11:10 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : ,

26 mars 2015

Jean-Luc

Dans une émission récente (je ne garantis pas que le lien soit pérenne et je ne le colle qu'à l'intention de mon neveu Joe, personnes non averties s'abstenir), on fêtait sur la RTBF les quarante ans de la fondation de Sttellla par une interview du chanteur belge favori de mon dit neveu.

Ce que j'apprécie chez Jean-Luc Fonck c'est son esprit de répartie. Comme dans cette émission (pas sûr que ce soit celle dont je vous parlais) où il répond à l'animatrice qui lui demande s'il n'avait pas d'angoisse  avant son concert à l'Ancienne Belgique "Si, j'étais inquiet de savoir si tous ces gens allaient pouvoir retrouver leur parking". Comme ça, si vous avez suivi mon conseil, vous n'aurez pas tout perdu !

 

 

Cela m'a rappelé qu'aussi étonnant que cela puisse paraître en raison de mon peu d'attrait pour les sorties-spectacles, j'ai assisté aux débuts de Sttellla.

Un des animateurs de mon Unité scoute était copain avec Jean-Luc Fonck, si bien qu'un jour, nous avons, fin des années septante, organisé un concert de Sttellla dans le local scout. Pour vous dire comme c'était sérieux, on avait réalisé une "scène" en posant des panneaux de multiplex sur les sacs contenant les tentes de patrouilles, stabilité garantie !

Le clou du spectacle était sans conteste la prestation de Clarence, "le lion de la moto", qui en blouson de cuir exécutait un solo d'aspirateur.

Je les ai revus quelques mois plus tard alors qu'ils assuraient l'ambiance (et quelle ambiance) "musicale" au mariage du même animateur dans un des chalets de la Fresnaie à Dworp.

Rien que pour ça, je ne regrette pas d'avoir vécu, tiens !


Post Scriptum

Ah ben, tiens, je l'ai retrouvé :


Posté par Walrus à 15:08 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 janvier 2015

Mais qui danse encore la Rumba ?

À la demande de Pivoine, je colle ici ma dernière participation au défi du samedi. Je n'ai pas très bien compris ses motivations, mais voilà qui est fait. Je signale que bien avant de singer Perec, j'avais déjà créé une catégorie "Je me souviens" sur ce blog, c'est là qu'il faut cliquer si mes souvenirs vous passionnent.

- - -

 

1

Je me souviens d'une chanson qui disait "Je me souviens des beaux dimanches..." que je verrais bien fredonnée aujourd'hui par notre chère Lorraine. Celle dont c'est le pseudo, pas celle qui habite la Lotharingie (comme disent mes compatriotes du nord), encore que...

2

Je me souviens d'avoir entendu ma mère raconter plusieurs fois s'être jetée au sol avec moi dans ses bras sous les rafales d'un Messerschmitt 109, mais je ne me souviens pas du moindre goût de cette terre que j'aurais eue dans la bouche, ni de l'évènement lui-même d'ailleurs.

3

Je me souviens de notre petite maison de la rue du Pont Bary où, au matin du jour de la Saint-Nicolas, le poêle ronflait répandant une agréable chaleur et entourant d'une aura rouge les jouets disposés sur le sol.

4

Je me souviens d'une petite fille habitant la maison voisine de celle du coiffeur Isidore (que mon père traitait de "tailleur de pierre", fait que je n'aurais peut-être pas dû lui répéter) et dont la tenue ressemblait étonnamment à celle de sa poupée : souliers noirs vernis, soquettes blanches bien tirées sur les chevilles, robe à la jupe gonflée par un jupon plissé, gros nœud dans les cheveux, une vraie petite Martine, mais je ne me souviens plus de son prénom.

5

Je me souviens d'avoir, en compagnie de mes parents et d'autres curieux, marché la nuit en suivant les voies du tram jusqu'à l'endroit où elles plongeaient dans les eaux noires et sinistres de la Sambre sortie de son lit.

6

Je me souviens du saisissement que m'avait causé un sale gamin en me faisant observer une vieille boîte à sardines remplie d'eau tandis qu'il y envoyait le souffle de sa carabine à air comprimé. Éclaboussé, je pleurais comme un veau, ce qui m'a valu d'être consolé par une "grande" qui semblait faire office de chef de bande de ce ramassis de va-nu-pieds. Quelques jours plus tard, j'ai fait semblant de pleurer dans ses jupes, mais je ne devais pas être très convaincant car elle m'a envoyé sur les roses.

7

Je me souviens de cet étrange malaise, une sorte de vertige, qui me prenait chaque fois que je pénétrais avec mon père dans la salle des redresseurs qui alimentaient en courant continu les "trams verts" de Charleroi.

8

Je me souviens du slogan d'un apéritif au quinquina qui disait "Mieux vaut Laterre dans le corps que le corps dans la terre". Mes parents m'en envoyaient chercher à l'épicerie où j'entrais en saluant les tenanciers d'un joyeux "Bonjour Monsieur Mestdagh ! Bonjour Madame Mestdagh !", alors que c'était le nom de la chaîne de leur magasin d'alimentation.

9

Je me souviens d'avoir échangé avec mon ami André ma Sten enrayée, rouillée et un brin pesante pour mes petites mains contre un casque de l'armée américaine trop grand pour ma petite tête.

10

Je me souviens de ces petits galets enduits d'une couche brunâtre et emballés dans du papier de soie que l'on achetait sur les ducasses et qui "pétaient" quand on les jetait sur le sol.

11

Je me souviens de ce voisin qui avait l'outrecuidance de porter le même prénom que moi (mais le nom d'une marque de mayonnaise, bien fait !)  et dont j'ai porté longtemps l'empreinte des dents sur la poitrine après qu'il m'ait mordu jusqu'au sang avant d'être victime d'une crise d'épilepsie.

12

Je me souviens d'avoir bu de grands bols de sang de bœuf et de grandes cuillers d'huile de foie de morue, mangé du foie de veau cru, subi des séances de rayons UV, des douches glacées au jet, j'en passe et de meilleures, mais je ne me souviens plus s'il était question de rachitisme ou d'anémie ou des deux ou d'autre chose encore.

13

Je me souviens du chausseur "À la chapelle" où l'on pouvait voir ses pieds dans ses godasses au moyen de rayons X, un pédoscope ils appelaient ça, j'avais pas encore de dosimètre à l'époque.

14

Je me souviens des "barakis" qui vivaient dans leur roulotte un peu plus loin que chez ma grand-mère. En été, leurs enfants venaient balader leur "snotneus" sur le seuil de la porte tandis que nous goûtions et finissaient toujours par recevoir des tartines.

15

Je me souviens de Leila, la fille d'un voisin de ma grand-mère avec qui je préparais des compotes sur un petit poêle dans un appentis de sa maison et qui m'assura un jour avoir le cœur à droite et m'en administra la preuve en attirant ma tête contre sa poitrine (très modeste à l'époque).

16

Je me souviens de la passerelle enjambant la ligne de chemin de fer où je courais m'immerger dans la vapeur à l'odeur douceâtre des locomotives entrant en gare d'Havré-Ville.

17

Je me souviens de ma voisine Maria qui me demandait de tendre l'avant-bras puis exécutait une "roue" enroulant sa taille autour de ma main. Par bonheur elle ne m'a jamais demandé d'inverser les rôles, j'ai jamais pu faire la roue, j'aurais eu l'air de ce que je suis...

18

Je me souviens de la fureur du colonel quand il avait découvert le halftrack de notre bureau de tir à l'ombre d'un pommier au sommet d'une colline de l'Eifel "On vous voit de Berlin(-Est)" qu'il gueulait. Mais c'était rien à côté de ce qu'il nous a passé quand ils nous ont retrouvés trois jours après la fin des manœuvres au fond de la grange d'une ferme en suivant la ligne téléphonique hors d'usage.

19

Je me souviens du visage extatique de MAP dégustant son premier advokaat à la petite cuiller.

20

Je me souviens de mon étonnement en découvrant sur "Chou romanesco, vache qui rit et intégrales curvilignes" un billet où une vidéo explique la démarche oulipienne au moment où cette même MAP nous demande de singer Georges Perec.

21

Je me souviens d'avoir arrêté ma lecture de "La vie, mode d'emploi" à la page 146 (sur 640) pour avoir commencé à trouver la chose plus chi pesante encore que le chef-d'œuvre de Marcel, et ce n'est pas d'avoir découvert le coup du cheval (voir 20) qui va me remettre en selle pour terminer le parcours.

22

Je me souviens d'avoir cherché sur quelle astuce était basée la rédaction du "Je me souviens" du même Perec, mais je n'ai rien trouvé de probant, sauf qu'il y a 480 de ces phrases numérotées. Alors, je pousse l'exercice jusqu'au bout ?

Comment ça, vous n'êtes plus là ?

 

Posté par Walrus à 16:13 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

18 avril 2013

Une nuit à Grenade

Lorsque presque chaque année, nous descendions en voiture vers l'Algarve (où il n'y a pas grand chose à voir), nous avions pris l'habitude de passer deux nuits dans la deuxième ville étape de notre périple (la première étant toujours Bayonne) pour voir à chaque fois un coin différent du Portugal.

Il y a dix ans de cela, après avoir vu Lisbonne, Porto, Sintra, Bragance, Braga, Batalha, Coimbra, Tomar, Guimaraes, Viseu, Castelo Branco, Sintra, Obidos, Vila Real, Barcelos, Marvao, Povoa de Varzim, Guarda, Portalegre, Evora, Beija, Castro Verde et quelques autres, nous avons décidé de rester en Espagne et d'aller voir Grenade.

Pourquoi Grenade ? J'en sais trop rien !

Peut-être à cause de Luciano (Granada, tu tierra está llena de lindas mujeres, de sangre y de sol)
Ou de Luis (Une nuit à Grenade, avec toi mon amour)
Ou de Julien (C'est une Andalouse et elle peut prendre ma vie quand elle sourit)
Et allez savoir qui était attiré par quoi...

Quand nous sommes arrivés en vue de la ville, pourtant dans l'après-midi, on se serait cru la nuit : le ciel était noir et l'orage menaçait. Et dans l'hôtel America, un petit truc sympa au beau milieu de l'Alhambra, pour notre première nuit à Grenade, le chauffage central fonctionnait, un onze mai, en Andalousie ! C'est vous dire si Grenade, c'est surfait... et si le printemps pourri n'est pas une exclusivité belge.

 

PICT0014  PICT0015  PICT0023

 

PICT0043  PICT0028  PICT0055


Posté par Walrus à 10:06 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

03 mars 2013

Andalousie

Ce matin, comme chaque dimanche matin (ou presque), je vais chercher des pistolets pour mon épouse et des tortillons pour notre voisine et moi. En sortant de la boulangerie, je constate que le client qui m'y précédait s'est arrêté devant la vitrine du commerce voisin et semble fort intéressé par ce qui se trouve affiché en vitrine.

Je jette moi aussi un œil : une agence de voyage, fermée, vous pensez, à sept heures du matin ! J'en suis à me dire que l'hiver qui se prolonge doit avoir une influence favorable sur le chiffre d'affaire de ces prometteurs de beaux jours lorsque mon regard est accroché par une des offres : sept nuitées en Algarve. Et c'est là que ça m'est revenu, d'un coup. L'irruption des souvenirs est une alchimie bien mystérieuse ! Jugez-en plutôt.

Notre ami René possède en Algarve un splendide appartement en time sharing, j'en ai parlé quelque part, mais je ne retrouve plus le billet. Nous y avons séjourné en sa compagnie une quinzaine de fois. C'est dire si l'Algarve, je connais sur le bout des doigts. J'aurais donc pu penser à un coin de cette région, mais non ! En 2002, René me dit "Pour ton cadeau d'anniversaire, quand nous serons au Portugal l'an prochain, nous irons passer deux jours dans un cinq étoiles en Andalousie".

Si bien qu'en mai 2003, nous nous retrouvons à la Casa Carmona, un ancien palais du seizième siècle transformé en Hôtel. Grand patio central  entouré de galeries, salons divers, piscine, chambres avec moucharabieh. Un endroit tout en fraîcheur malgré le soleil qui tanne dehors. Le restaurant a été aménagé dans les anciennes écuries.

S2010076 S2010059 S2010037 S2010026

S2010010 PICT0118 PICT0107 Carmona10002

Le soir au dîner, nous décidons de prendre des crêpes pour le dessert. Réponse du maître d'hôtel : "Désolé, nous n'avons plus de crêpes" !

Plus de crêpes, dans un machin cinq étoiles ! Nous en étions comme deux ronds de flan. Vous savez combien de temps ça prend pour faire une pâte à crêpes ? Mais non, ces comiques les achètent toutes faites, en Bretagne si ça se trouve, et vous les réchauffent vite fait. Un cinq étoiles!

Ben c'est ça qui m'est venu à l'esprit quand j'ai lu Algarve. C'est bizarre la mémoire...


Posté par Walrus à 17:38 - - Commentaires [37] - Permalien [#]
Tags : ,