17 août 2019

Ferry (non, pas Luc, Calais-Dover)


Louise est en route pour l'Angleterre. Son parrain et l'épouse de ce dernier (ma "deuxième fille" donc) ont décidé de l'emmener voir une expo et les studios de tournage des Harry Potter.

Ma fille (la vraie) devait déposer Louise pour vingt heures, hier, à leur adresse.

Comme avec son style de gestion personnelle de son agenda, elle avait oublié qu'à cette heure-là elle serait au théâtre, c'est moi qui ai dû récupérer Louise à son boulot, l'amener chez nous se changer et la conduire en compagnie de sa valoche à l'autre bout de la ville.

Dès qu'elle a embarqué dans la voiture au sortir de son travail, elle s'est immédiatement indignée : "Il n'y a que deux morceaux de Branduardi sur Spotify !".

J'ai immédiatement rectifié : "Tu n'as trouvé que deux morceaux de Branduardi sur Spotify !". Mais apparemment, la question n'était pas là...

Elle voulait savoir si je possédais toujours les CD d'Angelo que j'avais copiés sur son I-pod "à l'époque" comme elle dit. La vie de ma petite-fille semble compartimentée en époques liées à l'évolution de la technologie ou des séries télévisées.

Et son intention était de les écouter dans ma voiture pendant que je la conduisais chez son parrain.

Branduardi ! Qu'est-ce qu'une gamine de son âge branchée  Maître  Gims, Sliman ou d'autres bien pires encore, peut bien avoir à faire de l'Angelo !

Mais elle est comme ça et ça m'a pris moins de temps de retrouver le CD Best of de Branduardi parmi les neuf classeurs (sans classement) contenant les centaines et centaines de CD accumulés depuis l'abandon des cassettes audios, que de lui expliquer qu'il y en avait certainement d'autres sur spotify.

Je me suis contenté de lui dire que je me rappelais parfaitement mon premier Branduardi et de la libellule figurant sur le couvercle de la cassette "de l'époque", d'emporter le CD et d'en écouter quelques plages à fond les manettes pendant le trajet vers Woluwé-Saint-Pierre.

C'était pas si mal, finalement Branduardi (même que j'ai écouté la suite sur le chemin du retour). Faudrait peut-être que je rouvre ces classeurs de CD, j'y trouverais peut être quelque chose d'intéressant. Je parie qu'il y en a même l'un ou l'autre que j'ai acheté et que je n'ai jamais écouté...


Posté par Walrus à 11:14 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,


15 août 2019

Aloïs


L'autre jour, mon neveu (putatif) Joe, nous resservait une de ses plaisanteries récurrentes : que l'une des rares choses dont il se souvienne, c'est du prénom d'Alzheimer.

Un peu plus tard, tandis que j'emmène le chien vers sa destination favorite, la radio diffuse une version du Stabat Mater de Pergolèse.

Les première paroles de la chose sont "stabat mater dolorosa" (la suite est plus confuse, voir plus loin).

Je m'avise alors que je n'ai jamais eu la curiosité de les traduire en français. Je m'y colle donc immédiatement : stabat au vu de sa terminaison doit être un verbe à la troisième personne du singulier de l'imparfait de l'indicatif. Cela doit donc signifier que quelqu'un était debout, la racine "sta" est assez universelle, même mes compatriotes néérlandophones disent "staan" pour être debout. La suite doit donc être le sujet qui se tient debout agrémenté de son état douloureux, suffit de vérifier que ces termes partagent bien le cas du...

Et c'est là que ça a coincé !

Je me rappelais parfaitement du vocatif, de l'accusatif, du génitif, du datif et de l'ablatif, mais le nominatif, il m'a fallu une grosse minute de trituration de méninges pour le ramener du fond de mon passé. C'est là que je me suis souvenu de mon neveu et de sa plaisanterie.

C'est là également que je me suis rappelé qu'à l'occasion de l'audition, toujours en voiture sur le chemin que nous savons, d'un autre chef d'œuvre de la polyphonie : la messe du pape Marcel (si si, comme je vous le dis, ce Marcel me poursuit partout) de Giovanni da Palestrina, je m'étais fait la réflexion suivante : "Il faudra un jour que je ponde un billet où je me demande si la polyphonie n'utilise pas l'enchevêtrement des voix pour occulter définitivement les paroles au profit de la musique pure".

Ben voilà, c'est fait !


Posté par Walrus à 11:50 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 juillet 2019

Die Schöpfung


Rassurez-vous, je ne vais pas vous parler de l'oratorio de Franz Joseph Haydn (Hoboken XXI - 2). Ça, c'est une interprétation artistique...

Dans les faits, c'est beaucoup plus obscur et déprimant car, je dois bien l'admettre : je ne me souviens pas du moment où j'ai créé le monde, de l'instant où c'est passé de rien à quelque chose.

Seul point commun : ça ne s'est pas fait en un jour !

J'ai beau me creuser la mémoire, rien avant ma plus ancienne image : celle d'une femme se penchant sur moi. Et encore, je fabule, j'amplifie : l'image se résume à quelques grosses perles d'un collier. Après cela plus rien.

Plus rien avant cette seule image de la première adresse où j'ai vécu : une pièce sombre où un poêle répand une chaleur bienfaisante et une lueur rouge éclairant des jouets disposés au sol devant lui. Et, peut-être, dans la maison voisine (celle de Madame Chérie) une garniture de bureau en marbre vert et noir, mais là, il y a un doute : j'ai continué à fréquenter l'endroit longtemps encore après avoir déménagé.

Bref, peu de souvenirs des débuts du monde...

Quoi ?

Consulter un hypnotiseur ?

Et pourquoi pas un psy tant que vous y êtes !


 

Posté par Walrus à 20:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

14 avril 2019

Passus, et sepultus est


Chaque dimanche, en même temps que le pistolet et le croissant de son petit-déjeuner, je ramène à mon épouse "7 dimanche", un petit journal gratuit disponible dans les boulangeries.

Aujourd'hui, tandis que je dispute mes tortillons au chien, j'aperçois un des titres de la feuille de chou en question (oui, je lis très facilement à l'envers) : "Hubert est mort !"

Ma femme semble, elle, concentrée sur un article de la page opposée. Je lui répète donc la phrase à haute voix pour attirer son attention sur cette nouvelle de première importance : "Hubert est mort !"

Mais, me dit-elle, ce n'est pas le Hubert d' "On n'est pas des pigeons".

Dans cette émission de la RTBF, le Hubert dont elle parle fait à chaque occasion possible la publicité du bicarbonate de soude, un produit, dit-il, à tout faire dans la maison, à croire qu'il est sponsorisé par Solvay (une société chimique belge aux reins apparemment solides : j'y ai sévi quarante ans et elle est toujours là). Mais je m'égare...

Bien sûr que ce n'est pas lui, lui réponds-je, c'est ce comique qui avait une émission qui faisait un tabac monstre sur Europe 1.

C'était la grande époque de la modulation d'amplitude, celle des postes de radio avec bouton de syntonisation (accompagné ou non d'un "œil magique") qu'il fallait manipuler avec délicatesse pour obtenir un signal stable.

Et ce Hubert aujourd'hui défunt avait eu une idée farfelue, ou géniale, c'est à vous de voir : il avait déclaré sur antenne "Puisque vous n'écoutez jamais que notre station, vous n'avez plus besoin du bouton de réglage de votre radio, envoyez-le nous !"

Le comble, c'est qu'il en avait reçu des tas.

Personnellement, je ne l'écoutais pas trop, mais je me rappelle que dans le générique de son émission, on entendait la voix de Mistinguett déclarer "Mais c'est la voix d'Hubert, y a pas d'erreur !"

Vous connaissez Mistinguett ? Non ? Quelle erreur ! Je vous arrange ça...


Posté par Walrus à 12:14 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

23 janvier 2019

Flash

 

Au cours d'une de mes périodes d'éveil de la nuit dernière, j'ai eu un flash.

Non, je ne me prends pas pour Plastic Bertrand et non, je ne suis pas insomniaque, mais si je m'endors dès que je pose ma tête sur l'oreiller, il m'arrive de me réveiller pendant la nuit, particulièrement si celle-ci suit la soirée d'anniversaire de ma fille.

Donc, allez savoir pourquoi, au cours d'une de ces périodes d'éveil, je me suis brutalement souvenu qu'au cours de mon enfance j'ai été le possesseur d'un projecteur cinéma 16mm. Il s'agissait bien sûr d'un appareil simpliste à entraînement manuel et sans lecteur de son.

Qu'y a-t-il de plus con que de disposer d'un projecteur sans avoir le pendant enregistreur : une caméra aux mêmes normes ? Mon fils, au temps de son année à l'INRACI (avant qu'il ne s'en fasse jeter pour incompatibilité de scénario avec le corps enseignant) avait au moins une Beaulieu, lui.

J'en étais donc réduit à projeter des bouts de films divers achetés dans des magasins spécialisés. Processus très vite lassant bien sûr.

Dans le (modeste) tas, il y avait une bobine d'actualités où l'on voyait Jacqueline Auriol recevoir un prix (indéterminé vu l'absence de son) sans doute à l'occasion d'un de ses records de vitesse sur avion à réaction. Sans doute son premier si je m'en réfère à l'âge que je devais avoir à l'époque où j'ai reçu ce jouet.

C'est pas encore ça qui va me rajeunir... Par contre, c'est cela qui explique sans doute qu'au grand étonnement de mes collègues, une caméra est bien le seul gadget dans le vent que je n'ai jamais possédé.

 

P.S.

Au moment où j'ai voulu mettre ce chef d'œuvre en ligne, Canalblog est resté planté une bonne demi-heure, faut pas demander comme c'est mauvais !


Posté par Walrus à 18:03 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


24 novembre 2017

Souvenirs souvenirs...

 

Lors du dernier anniversaire de notre fils, mon épouse avait proposé comme cadeau de l'emmener avec Agata dans un resto étoilé.

L'autre jour, avec quelques mois de retard, le temps de trouver une fenêtre commune et l'endroit ad hoc, nous nous sommes exécutés.

La note des étoilés ne va pas, contrairement aux portions, en rétrécissant, je peux vous l'affirmer, mais là n'est pas la question.

Comme souvent à ces occasions, notre fils en vient à évoquer au gré de la conversation des souvenirs de son enfance et, comme souvent également, mon épouse et moi-même avons un peu de mal à les faire correspondre exactement avec nos propres remembrances de cette période.

En bref, pour nous référer au vocabulaire de la conjugaison, nous avons parfois l'impression qu'il prend pour passé défini des faits que nous percevons plutôt comme un passé composé et même au minimum légèrement recomposé.

Cette fois-ci, en l'occurence, il nous parle du temps où nous l'avions obligé à suivre des cours de gym en soirée deux fois par semaine. Nous ne nous rappelons pas de notre côté que la fréquence ait jamais dépassé l'unité hebdomadaire.

Personnellement, même si je me souviens parfaitement de ce que mon épouse les a fréquentés très régulièrement (c'est même là qu'elle a fait la connaissance de celle qui est aujourd'hui son amie et notre médecin traitant), je ne me rappelais même pas y avoir moi-même participé (mais j'ai des circonstances atténuantes : j'avais abandonné dès la deuxième séance après m'être fait engueuler par le prof pour bavardage intempestif avec mon copain Jacques, je n'allais pas à mon âge largement adulte me laisser traiter comme un écolier, non mais...). Passons !

Nous évitons cependant à ces occasions de marquer nos doutes sur la parfaite exactitude des faits évoqués, ce serait peine perdue et c'est sans importance.

Il faut dire que lui aussi dispose de circonstances atténuantes : il est né à Anderlecht, la patrie des "dikkeneks". Pire, il a été mis en chantier... à Paris !

(Si si, comme je vous le dis : Hôtel du Quai Voltaire, première chambre à gauche en débouchant de l'escalier !)


Posté par Walrus à 18:57 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 juillet 2016

Dans ma petit tête

L'autre jour, je suis entré dans la cuisine pour préparer le petit-déjeuner avec dans la tête la mélodie d'Angelina. L'ennui, c'est que je connais trois versions chantées de cet air, toutes avec des paroles différentes, si bien que je m'y perds un peu. Il y a la version universellement connue de Louis Prima, celle dans le même esprit du Grang Jojo et, extirpée de mes souvenirs de jeunesse, celle de Tino Rossi.

Dans ma petite tête, j'essaie de les classer par ordre chronologique (Rossi, Prima, Jojo) puis, je passe à autre chose : dans les deux versions les plus récentes il est question de macaroni et de spaghetti, dans celle du sirupeux Rossi, pas du tout.

Les macaronis me rappellent que dans ma prime jeunesse on appelait ainsi les immigrés italiens venus ramasser la silicose dans nos charbonnages. Espoir d'un début d'intégration, certains y ajoutaient même "Soubry" une marque de pâtes tout ce qu'il y a de belge.

Moi, dans mon école primaire de Montignies-sur-Sambre, mon meilleur ami s'appelait Roberto Botti et ça a été une déchirure lorsque j'ai dû déménager pour rencontrer Maria...

Les spaghetti, eux, m'ont rappelé une autre histoire : lors d'un échange international, nous avions logé dans les chambres de nos enfants partis au camp deux animateurs scouts italiens. L'un appartenait au scoutisme catholique, l'autre, comme nous, au scoutisme pluraliste (mais tous deux étaient catholiques). L'un était le fils du procureur en charge à l'époque de l'attentat de la gare de Bologne, l'autre sortait des Dolomites et ses compagnons du centre de l'Italie le surnommaient "El Tedesco".

Le premier est un peu maniaque et lorsque nous les emmenons au restaurant, il se refuse à manger autre chose que des spaghettis avec du beurre (dure négociation dans un resto spécialisé dans la viande chevaline). Chez nous, il tient absolument à nous préparer des spaghetti alla carbonara, mais il veut des spaghetti en paquets longs que je finirai par dégoter. J'avais oublié qu'alors, on ne trouvait que des spaghetti d'une soixantaine de centimètres de long, les Italiens les emballaient sans les plier alors que nous les pliions en deux pour avoir de plus petites boîtes, aujourd'hui, on ne trouve plus que des tronçons d'une bonne vingtaine de centimètres.

Après, j'ai perdu le fil, sans doute à cause des quartiers d'orange qui se bloquaient dans la trémie du slow juicer et réclamaient mon attention...


Posté par Walrus à 11:49 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

05 avril 2016

Réponse au jeu du 29 mars

Chose promise, chose due, je vous donne les identifications. J'ai entouré le visage de mon épouse d'un rectangle, celui de sa copine aux yeux fascinants d'un cercle.

Paule003

Le message sera mis en ligne automatiquement le 5 avril.

J'annote au fil des commentaires :

  • Tilleul a tout faux
  • Adrienne ne se mouille qu'à moitié mais a bien reconnu la mienne (de moitié)
  • Célestine avait les deux dans ses trois propositions mais s'est trompée sur son deuxième choix (elle se trompe aussi lourdement sur la prétendue timidité de ma femme)
  • Si nous étions au Mastermind, Madame Chapeau aurait une bonne couleur mais au mauvais endroit
  • Berthoise s'aide du fait qu'elle a déjà rencontré mon épouse et se trompe pour la deuxième
  • Madame Chapeau revient sur sa décision et rejoint Berthoise au score : une sur deux
  • Berthoise change aussi d'avis et fait un carton plein !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

29 mars 2016

Petit jeu pour Célestine (et tout qui voudra jouer également)

 

Mon archiviste préférée a fouillé ses cartons.

Elle a retrouvé une photo regroupant quelques filles de sa classe à l'époque de mon récit.

Les deux protagonistes y figurent, les retrouverez-vous ?

Réponses ici-même dans une semaine (si je survis jusque là...).

Paule002


Posté par Walrus à 18:52 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

13 mars 2016

Pour Lorraine qui patiente depuis 2012 (et d'autres qui le font depuis 2008)

Depuis le week-end dernier, mon épouse passe tous ses après-midi à l'expo qu'organisent trois des ateliers de la Villa, dont le sien, tandis que je garde le chien.

Mardi, elle m'appelle d'urgence : "Viens, ta cousine vient d'arriver !"

Je me précipite au volant de ma voiture, étrennant par la même occasion le nouveau roulement de la roue arrière droite.

Ma cousine ! Vous savez, celle-là même qui avait si gentiment refusé de m'épouser. Et je me dis qu'il serait peut-être temps de vous conter cette "autre histoire" un peu rapidement promise.

Lors de ma première année d'études de chimie, mon école organise un bal. Les étudiants sont sommés non seulement d'y participer mais d'y amener une cavalière ou un cavalier en fonction de leur sexe. Comme je n'ai pas de petite amie, je demande à cette amie d'enfance que je rencontre de temps à autre de m'accompagner. Elle accepte à condition de pouvoir amener une condisciple.

Le jour dit, elles débarquent chez nous, valises à la main. Étonnante paire de demoiselles : mon amie est plutôt petite et dotée de formes généreuses, la sienne est (comme dirait Célestine) plutôt du style "grande asperge" permanentée de surcroît. Mais elle a des yeux ! Deux ! Deux yeux immenses qui lui mangent le visage et promènent sur le monde un regard étonné.

Durant tout le repas qui précède notre départ, chaque fois que je lève les yeux de mon assiette, j'accroche de l'autre côté de la table son regard fascinant. Je dois avoir la tronche de Mowgli quand Kaa lui chante "Fais-moi confiance !" dans le Livre de la Jungle version Disney.

Au bal, tout se déroule normalement : je fais danser, plutôt maladroitement, au son des Dixie Stompers d'Albert Langue (dont le trombone se révèle être également un virtuose du tuba dans "la polka des cochons"), celle que j'ai invitée et j'évite de trop croiser le regard médusant de sa copine.

Lors du retour, à l'arrière de la voiture de mon père (c'est l'époque du "Vous permettez Monsieur" d'Adamo, les parents se font un devoir d'accompagner leur descendance au bal, ce qui n'a pas que des mauvais côtés, celui des finances par exemple) mon amie se blottit contre moi, se saisit de ma main et finit par m'embrasser gentiment mais avec détermination. L'autre semble somnoler dans son coin.

Quelques jours plus tard, la secrétaire de l'école m'appelle pour me donner une lettre arrivée à mon nom (et me demander d'éviter de me faire envoyer du courrier à l'école : "Ce n'est pas un pensionnat ici !" à quoi j'évite de répondre que je ne me suis rien fait envoyer du tout, c'est susceptible les secrétaires).

La missive provient de la propriétaire des yeux. J'apprends à sa lecture qu'on a cru remarquer que l'on ne m'était pas indifférente, que c'est réciproque et que l'on est prête à envisager...

Felicity Lott n'aurait pas dit mieux !

Mais bon, la première j'avais dit ! Et ce qui est dit est dit. J'allais quand même pas perdre mon pari ! D'autant que, si je puis me permettre, côté formes, je serais plutôt Cecilia Bartoli que Felicity Lott...


Posté par Walrus à 15:53 - - Commentaires [22] - Permalien [#]