L'autre jour, Adrienne nous expliquait avec quelle facilité on se laisse porter à vagabonder sur le net.

Eh bien figurez-vous que ce matin, cela m'est arrivé à moi aussi !

Mon neveu Joe, un fondu de Rimbaud, dans un de ses derniers billets bâti à partir d'une phrase du dit Arthur (dans Les Illuminations), nous offre en illustration une planche d'Hugo Pratt.

Si vous y examinez les dialogues, vous verrez que les officiers britanniques se plaignent du trafic d'armes auquel se livre votre Arthur national (moi, je suis Belge, je ne suis pas concerné).

Dans les commentaires du billet, j'ai donc demandé à mon neveu si c'était par hasard à Rimbaud que Cush devait son fusil.

Bien sûr que vous connaissez Cush : un membre de la tribu des Beni Amer ami de Corto Maltese et véritable héros principal de l'album Les Éthiopiques.

cush

Le problème, c'est que les trafiquants d'armes, c'est pas ça qui manquait dans la région. Henri de Monfreid par exemple (le trafic d'armes apparaît comme un sport typiquement français). Mais lui, n'a pratiqué cette activité lucrative qu'après la première guerre mondiale et l'action des Éthiopiques se situe en 1915.

Ce pourrait donc être Rimbaud.

Mais !!!

Rimbaud revendait à l'empereur Ménélik des armes achetées à Liège et la FN fabriquait à l'époque des Mauser98 sous licence et le fusil de Cush, si je m'en réfère aux illustrations serait plus du style Lee-Enfield que Mauser, ne serait-ce qu'à cause des deux flasques entourant le guidon de mire.

Dautre part, sauf à l'avoir récupéré sur une de ses victimes, Cush ne pouvait pas tenir son arme de la faction de Ménélik : ce dernier était chrétien et Cush est un musulman pur et dur.

Bref, au bout d'une demi journée de recherches, je crains qu'il ne faille trouver autre chose.

Et, chemin faisant, j'ai trouvé une autre question intéressante : pourquoi dans la grande majorité des bandes dessinées l'onomatopée représentant le son d'un fusil qui tire est-elle "PAN !" alors que chez Pratt, c'est "CRACK !" ?