23 mars 2019

Message du Seigneur

 
Hier, tandis que j'attends l'heure d'aller récupérer mon épouse à son expo, un coup de sonnette retentit.

Un brin masqué par ses grésillements et les aboiements du chien, mon parlophone me crachote à l'oreille :

— Bonjour Monsieur, puis-je vous poser une question ?

— Faites...

— Pensez-vous que la souffrance s'arrêtera un jour ?

— De quelle souffrance me parlez-vous donc ? (Va-t-en savoir, peut-être que Gaïa fait aussi du porte à porte) S'il s'agit de celle des hommes, je crains qu'elle ne s'éteigne qu'avec eux, ce qui, à mon avis ne saurait tarder.

— Croyez-vous en Dieu, Monsieur ?

— Je crains bien que non.

— Alors, excusez-moi, je voulais vous parler de Dieu, au revoir Monsieur !

— Au revoir.

Décidément, ce démarcheur de Dieu me semble bien moins coriace que ses prédécesseurs. Faut dire que ça fait des années que je n'en avais plus entendu. Je parie que ce n'était pas un des habituels témoins de Jéhovah, ils sont plus accrocheurs.

La voix, pour ce que j'en ai pu entendre me semblait plutôt appartenir à un noir une personne de couleur (je ne voudrais pas me fâcher avec ma copine Eliane, ex-directrice du centre pour l'égalité des chances). Il y a une église évangélique dans le coin.

Remarquez que je suis sans doute un peu responsable de la brièveté de son intervention, j'aurais peut-être dû être moins affirmatif quant à mes croyances, et déclarer par exemple "Cela dépend de ce que vous entendez par Dieu", c'est toujours intéressant de se voir expliquer le concept, après tout je ne suis qu'un agnostique et il y a peut-être une version "divine" susceptible de me faire réfléchir à la question.

Mais bon, y avait Morse à la télé !


Posté par Walrus à 18:37 - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :


03 mars 2019

Un drôle de pistolet

 
J'écris (mentalement) ce billet deux fois par semaine, lorsque de retour de la boulangerie les samedis et dimanches, j'entame des dents du couteau à pain la croûte du pistolet (je rêve que ce soit le chien) destiné à mon épouse.

Le pistolet (dont je vous ai déjà parlé) c'est un petit pain rond au cœur léger et tendre, et à l'extérieur craquant (un peu à l'image de Célestine).

On le dirait pourvu d'une paire de fesses rebondies. C'est le  résultat d'une entaille dans la pâte avant cuisson pour permettre à la mie de se développer et d'être plus légère.

 pist

Mon épouse soutient que cette raie montre l'endroit par où il faut trancher dans la chose, alors que chacun sait, pour s'être empiffré d'innombrables pistolets fourrés, qu'elle se découpe le long de son équateur.

Un simple calcul vous permettra de comprendre sa position.

Un pistolet "standard" fait environ neuf centimètres de diamètre, la découpe classique vous offrira donc, si vous beurrez les deux faces, un risible cent-vingt centimètres carrés de surface tartinable.

Avec sa méthode où l'on extrait la mie des deux moitiés obtenues, mie qu'on réassemble au moyen d'une bonne couche de beurre, et qu'on tartine   soigneusement toute la surface libérée sous la croûte, on voit immédiatement l'intérêt de cette façon de faire pour les pauvres fermiers producteurs de beurre en proie aux vicissitudes du marché mondialisé.

Comment ça, je ne suis qu'un demi-sel ?


Posté par Walrus à 10:27 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,