Hier, tandis que j'attends l'heure d'aller récupérer mon épouse à son expo, un coup de sonnette retentit.

Un brin masqué par ses grésillements et les aboiements du chien, mon parlophone me crachote à l'oreille :

— Bonjour Monsieur, puis-je vous poser une question ?

— Faites...

— Pensez-vous que la souffrance s'arrêtera un jour ?

— De quelle souffrance me parlez-vous donc ? (Va-t-en savoir, peut-être que Gaïa fait aussi du porte à porte) S'il s'agit de celle des hommes, je crains qu'elle ne s'éteigne qu'avec eux, ce qui, à mon avis ne saurait tarder.

— Croyez-vous en Dieu, Monsieur ?

— Je crains bien que non.

— Alors, excusez-moi, je voulais vous parler de Dieu, au revoir Monsieur !

— Au revoir.

Décidément, ce démarcheur de Dieu me semble bien moins coriace que ses prédécesseurs. Faut dire que ça fait des années que je n'en avais plus entendu. Je parie que ce n'était pas un des habituels témoins de Jéhovah, ils sont plus accrocheurs.

La voix, pour ce que j'en ai pu entendre me semblait plutôt appartenir à un noir une personne de couleur (je ne voudrais pas me fâcher avec ma copine Eliane, ex-directrice du centre pour l'égalité des chances). Il y a une église évangélique dans le coin.

Remarquez que je suis sans doute un peu responsable de la brièveté de son intervention, j'aurais peut-être dû être moins affirmatif quant à mes croyances, et déclarer par exemple "Cela dépend de ce que vous entendez par Dieu", c'est toujours intéressant de se voir expliquer le concept, après tout je ne suis qu'un agnostique et il y a peut-être une version "divine" susceptible de me faire réfléchir à la question.

Mais bon, y avait Morse à la télé !