22 juin 2017

De tout cœur avec vous !

 

Je ne m'apesantirai pas sur les raisons qui ont décidé ma généraliste à m'envoyer chez un de ses "honorés confrères" pour réaliser un petit bilan cardiaque.

Qu'à la première visite (prise de tension, auscultations diverses, électrocardiogramme) tout lui ait paru normal pour un gamin de mon âge ne l'a pas empêché de me prescrire un enregistrement de ma tension pendant 24h suivi d'un ECG pendant la même durée puis, ces résultats acquis, de me reconvoquer pour une échographie du cœur, un test à l'effort, un autre de respiration et une scintigraphie, faut bien faire rentrer un peu de flouze dans les caisses de l'hosto je suppose.

Pour ne pas fausser le test à l'effort, il m'a demandé d'interrompre la prise de mon béta-bloquant depuis l'avant-veille. Du coup, durant l'écographie, mon rythme cardiaque qui ne dépasse jamais les cinquante battements par minute galope autour des nonante par ce jour où la température frise les 32°C, ce qui me vaut l'étonnant commentaire "Je ne distingue pas bien, le mouvement est trop rapide".

Tandis que je pédale ensuite sur le vélo d'appartement sous la direction de son assistant, le cardiologue enregistre son courrier au moyen d'un dictaphone. Il termine le rapport du client patient précédent puis entame le mien :

  • salutation et remerciements à son honorée consœur (ma généraliste donc)
  • description de mon état civil : âge, sexe, taille, poids
  • listing des médicaments que j'ingurgite quotidiennement ou périodiquement (il va jusqu'aux vitamines D)
  • nature de la plainte m'ayant amené à le consluter (pour ce faire, il doit s'interrompre et fouiller l'amas de papiers encombrant son bureau en pestant contre tous ces documents administratifs qu'il faut remplir pour mettre enfin la main sur la lettre de l'honorée confrère et lui communiquer la raison qu'elle a elle-même donnée à ma présence ici, des fois qu'elle l'aurait oubliée elle aussi, ce qui ne m'étonnerait pas outre-mesure )
  • détail des résultats de ses examens d'où je déduis que je ne mourrai pas demain (enfin, pas du cœur en tout cas...)

Dans mes pérégrinations entre les divers locaux, j'ai fait une étrange observation : tout le monde travaille sur ordinateur et ces ordinateurs sont en réseau et pourtant :

  • le cardiologue s'est enquis de ma taille et de mon poids dès mon entrée dans son bureau
  • il me les a à nouveau demandés en entamant l'échographie
  • son assistant les a également requis lors du test à l'effort puis du test respiratoire
  • la secrétaire de la scintigraphie s'en est également enquise

Ben les gars, y a encore du boulot de rationalisation, il a raison le médecin : tous ces documents administratifs, quelle perte de temps !


Posté par Walrus à 22:33 - Commentaires [33] - Permalien [#]