28 octobre 2016

Pain perdu

 

La route départementale numéro 3 traverse Saint-Valéry-sur-Somme, elle est à sens unique et sa chaussée de circulation peine à donner passage à une voiture tant elle est étroite.

Aussi dois-je patienter derrière la camionnette du "Fourni de Paul" qui barre toute la largeur du trottoir en attendant que le flux des voitures se suivant à la queue-leu-leu se tarisse.

Au moment où je peux enfin contourner le véhicule sans risquer de me faire renverser, je tombe nez à nez avec une dame qui effectue la même manœuvre dans l'autre sens.

Elle râle à (très) haute voix : "Nom de Dieu, qué bordel ici !"

Je m'apprète à l'approuver chaleureusement en lançant l'anathème contre les imbéciles qui croient dur comme fer qu'ils peuvent abandonner leur véhicule n'importe où, lorsqu'elle ouvre la porte de la camionnette et grimpe à l'intérieur.

J'ai rien dit, je suis courageux mais pas téméraire, un pain est si vite perdu !


Posté par Walrus à 19:22 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :


23 octobre 2016

De la difficulté des recherches sur le World Wide Web


J'allais vous parler de lacunes dans le savoir du Web, mais finalement, c'est plutôt de mes propres lacunes dans les méthodes de recherche dont je vais vous entretenir.

Que je vous explique : l'autre jour, la petite dame du sixième vient sonner à notre porte. Elle souhaite que je lui remplisse un virement, l'état de sa vue ne le lui permettant plus.

Pendant que je m'exécute, elle commence à raconter sa vie à mon épouse, si bien que quand j'ai terminé, pour lui permettre d'achever son histoire, je lui propose un apéro. Elle opte, ainsi que mon épouse, pour un Whisky plutôt doux (Glen Deveron), j'en prends moi-même un un peu plus tourbé (Caol Ila). Et elle continue son histoire.

Tandis que nous découvrons son existence, je comprends que je m'emm... un peu dans la mienne ! Parmi ses innombrables péripéties (si vous voulez des détails, demandez), celle où, durant son exil à Paris, elle a travaillé dans quelques maisons de couture m'évoque irrésistiblement le souvenir d'une chanson dont je trouve qu'elle lui irait comme un gant : "La biaiseuse" !

Et c'est là que nous plongeons dans le sujet de mon billet : l'interprète la plus ancienne de cette chanson que je découvre sur le Net est Annie Cordy. J'ai beau faire appel à un tas de sites, tout ce que je découvre c'est qu'elle a été écrite en 1912 par Léo Lelièvre (auteur également de La Matchiche) avec Paul Marinier, mais pas qui en a été la première interprète.

Je m'apprête donc à vous pondre une diatribe sur les lacunes de la toile en matière d'information quand, pris d'un doute subit, j'entame une nouvelle recherche et finis par tomber sur un site obscur où, dans un commentaire, l'auteur du site répond à la question d'un de ses lecteurs confronté au même problème que moi : la créatrice de La Biaiseuse en 1912 est Mademoiselle Allems. Annie Cordy est la première à l'avoir enregistrée sur vinyle, bien avant Marie-Paule Belle.

J'avais donc mal cherché. C'est que les moteurs de recherche fouillent le contenu des sites webs mais pas celui de leurs commentaires. Ou que je n'emploie pas les bons outils de recherche.

Bref, c'est pas le WWW qui a des lacunes, c'est moi !

Le pire, c'est que je le savais : tout est toujours de ma faute !


Posté par Walrus à 18:24 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :

17 octobre 2016

Ouf !

 

Aujord'hui, c'est le jour du relevé des compteurs.

Mais non, je ne m'appelle pas Prosper et j'ai mis personne sur le Sébasto !

Non, c'est le jour du relevé des calorimètres et des compteurs d'eau chaude et froide.

Quand j'emmène le chien pour la première de ses cinq sorties quotidiennes, les employés de la société chargée du relevé (ISTA pour ne pas la citer) tiennent conciliabule dans la rue en attendant l'heure de début des festivités. Ils en ont pour toute la journée à visiter la grosse centaine d'appartements de la copropriété.

Ils sont cinq et, autour d'eux, je compte quatre voitures au logo de leur firme stationnées dans la rue.

Immédiatement les questions affluent dans ma petite tête :

  • souci d'économie ?
  • de rentabilité ? (mouaaaarf !)
  • voiture accidentée ?
  • à l'entretien ?
  • voiture personnelle ?
  • banalisée ?

Quand je remonte avec le chien, un coup d'œil au fond du clos sur la droite me rassure : la cinquième voiture y est garée.

Ouf, le compte y est !


Posté par Walrus à 11:39 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :

02 octobre 2016

Chaud-bouillant

J'écris chaud-bouillant en référence à la catégorie du billet : "À chaud". La classification me semblait un peu... tiède.

Comme vous le savez (ou pas) j'ai acheté un petit portable à seule fin de pouvoir me connecter en vacances et d'y stocker des photos en attendant le retour (côté photos, je crains que ça ne soit pas saturé : les deux batteries de mon appareil sont tellement nases qu'elles permettent à peine de prendre une dizaine de clichés par charge).

Aujourd'hui, il est presqu'impossible de trouver une machine bon marché qui ne tourne pas sous Windows 10. J'ai donc fait la connaissance de ce merveilleux système d'une souplesse inouïe : bourré de programmes et d'applications inutiles et en majorité non désinstallables, impossibilité d'empêcher la mise à jour automatique, bidules accessibles seulement après ouverture d'un compte Microsoft, j'en passe et de meilleures...

Comme j'étais bien décidé à saquer dans les choses sans intérêt pour mon usage, j'ai installé CCleaner et procédé à une éradication massive de programmes et d'applis.

Bien vu ! La mise à jour automatique suivante a pris plus de deux heures et a réinstallé la majorité du bucht que j'avais enlevé !

Bon, j'ai trouvé sur internet une procédure pour éliminer définitivement leur nouveau navigateur, et une astuce pour stopper les mises à jour. N'empêche, pour un truc souple, c'est un truc souple  cette dernière arnaque de MS.

Et pour achever de me porter à ébullition, il y a un twist supplémentaire : sur ces trucs préinstallés, quelle qu'en soit la marque, le fabriquant vous colle un tas de bidules "maison" (avec également enregistrement à la clef) dont, là aussi, vous ne réussissez à vous défaire qu'avec difficulté. Elle est pas belle la vie ?

Bon, pour le suivant (si je survis jusque là), j'achète un truc tout nu et j'installe un Windows 7 de contrebande.

w10


Posté par Walrus à 12:43 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags :