Vous vous rappelez peut-être de ce fabricant de confitures bio dont les couvercles m'avaient inspiré une réflexion un brin sarcastique.

Eh bien, il vient de frapper fort :  il a changé la forme de ses bocaux : ils sont maintenant plus étroits et plus hauts et la pub dont je parlais a disparu des couvercles.

Au moment de cette étrange mutation les deux formes de pot ont coexisté au sein des rayonnages du magasin où je les achetais. La modification de forme n'avait pas eu pour effet de modifier le prix et je me perdais en conjectures sur la raison de ce changement. En tout cas, ce n'était pas pour faciliter l'extraction du contenu du contenant, c'eût même été plutôt l'inverse.

Ce n'est qu'en rentrant chez moi que j'ai découvert le pot aux roses : la variation de forme du bocal servait à flouter la variation de sa capacité, variation destinée à me flouer de quatorze pour cent.

Cette pratique courante dans la logique économique moderne visant à vous vendre, en stoemelings et pour le même prix, une quantité de plus en plus réduite de produit me fout les boules.

Voilà pourquoi je suis passé de la confiture au choco en surveillant soigneusement le prix au kilo de la pâte.

T'en foutrai de la confiote bio, moi !

Et surveillez bien vos emballages : la pratique est générale.